Regard sur le Japon
Regard sur le Japon
Regard sur le Japon
[ S'enregistrer ]   [ Rechercher ]    [ Liste des Membres ]    [ Groupes d'utilisateurs ]   [ FAQ ]  
[ Connexion ]   [ Mes messages privés ]   [ Profil ]

Les congés payés au Japon.
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum index -> Faits de Société
Voir le sujet précédent / Voir le sujet suivant  
Auteur Message
LVD
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 23 Aoû 2004
Pays, Ville: Oita, Japon(nord de Kyushu)

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Re: 20 jours cumulables jusqu'a 40
Ce message n'a pas encore été noté.

Michael_Voyageur a écrit:

Travailler sans prendre de vaccances je pense que c'est possible un temps quand on est jeune, en bonne sante et plein de dynamisme. Mais il vaut mieux eviter que ca dure trop longtemps, c'est mauvais pour la sante, pour la qualite de vie et je dirais aussi pour la qualite du travail !!


Ca depend aussi du boulot en lui-meme et des conditions de travail. Si on bosse 4 heures par jour (avec une pause au milieu) couche dans un lit je suppose qu'on peut se passer de vacances, meme a 50 ans (si tant est qu'un tel metier existe Smile )
_________________
omaetachi ni nanoru namae ha nai!
Revenir en haut
  Répondre en citant   09 Sep 2006 04:56
sedo
Ceinture Blanche
Ceinture Blanche


Inscrit le: 22 Oct 2006

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Ce message n'a pas encore été noté.

Dans l' entreprise ou je suis depuis le début de l'année, vous avez les employés qui n'ont apparement droit à rien ou pas grand chose niveau congés payés( le maximum dont je me souvienne c'est deux jours d'affilées, je ne sais même pas si on peut parler de congès payés dans ce cas là. Sinon pour certains c 'est une seule journée de repos dans la semaine, deux pour d'autres mais pas à la suite). Pourtant vu les horaires de fou qu'il font, je me dis qu'ils les mériteraient amplement mais semble t-il que personne ne puisse se charger de leurs travails à leurs places... Et d'un autre côté vous avez les pâtos qui eux apparement jouissent de leurs congès payés comme ils le souhaitent comme prendre 10jours d 'affilées. Et ensuite les intérimaires qui n'ont droit a rien, pas de prime non plus...Je me dis parfois qu'il vaut mieux être pâto:congès payés, primes et des horaires de travail moins lourds en tout cas c'est comme ça là ou je suis. Et quand j aborde la question, la réponse est "des congès, même si j 'en ai envie, j'en ai pas besoin Rolling Eyesdéprimant...
Revenir en haut
  Répondre en citant   23 Oct 2006 14:34
Michael_Voyageur
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 21 Sep 2003
Pays, Ville: Paris, France - Tokyo, Japan

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
typique
Ce message n'a pas encore été noté.

Oui c'est assez typique, certains japonais a force de travailler en flux continu et ne pas prendre de vacance sont presque malheureux de devoir prendre des jours de conges, par exemple s'ils y sont obliges. Certains m'ont dit que meme s'ils prenaient des conges ils ne sauraient pas quoi en faire, et finalement preferent travailler. Il se sentent plus dans leur zone de confort lorsqu'ils sont au boulot. Evidemment il ne s'agit pas de tous les japonais, il y a de nombreux contre-exemples, notamment comme tu le signale les part-timers, ou aussi souvent les "keiyaku-shain" (CDD).

Pour ceux qui s'investissent a fond dans leur role professionel il y a un certain aspect d'investissement de "long terme" un peu comme une epargne, ce en quoi ils epargnent (en misant leur temps et leurs efforts) c'est notamment une "place indispensable" dans l'entreprise, leur perspectives de cariere, leurs relations avec les collegues.

On peut retrouver le meme phenomene dans d'autres pays, mais c'est souvent tres flagrant au Japon : pour un japonais s'investissant beaucoup dans son travail rien n'est aussi traumatisant que de se sentir inutile, ils ont besoin d'etre percu comme indipensables, de se sentir rassure sur leur place dans l'entreprise. Partir en vacance serait une sorte d'aveu qu'il peuvent se le permettre, c'est a dire qu'ils ne sont pas tellement indispensables, et donc remplacable. D'ailleurs pour garder de bonnes relations avec ses collegues de "type bosseur" il est conseille de faire attention au vocabulaire employe en leur parlant et ne pas utiliser de mots qui sous-entendent qu'ils ne sont pas super-occupes, par exemple meme un gentil "hima ?" ou "isogashii ?" peuvent se reveler tres dangereux selon le moment employe (par ex: si le gar n'a pas l'air hyper busy justement a ce moment il pourait se sentir vexe !). Confused

Personellement j'y vois surtout un manque de confiance en soi, et de confiance dans ses collegues. S'ils avaient confiance en eux-meme ils pouraient terminer leur travail dans les temps et partir sans se soucier du reste a finir, ou de leur place en peril. D'autre part meme pour ceux qui n'ont pas une specialite unique, en se partageant bien le travail avec leurs collegues, il serait tres simple de partir une semaine par trimestre A TOUR DE ROLE , de facon a ce que meme si on donne un surplus de boulot provisoire par son absence et bien on peut renvoyer l'ascenseur a ses collegues lorsque eux prendront leur conges a leur tour.
Bref materiellement rien d'impossible c'est assez simple, mais le probleme n'est pas materiel, mais tient plus a mon avis aux mentalites, conformismes social, et peut-etre meme certains complexes vis a vis de leur identite, leur place dans la compagnie et dans la societe, j'ai l'impression cela touche tres profondement a la confiance en soi et comment les individus se definissent.

D'un autre cote il faut aussi dire que les compagnies ne poussent pas trop a ce que les employes s'emancipent, prennent confiance, et prennent plus de vaccances. Elles misent evidement sur le benefice de court terme du a l'assiduite des employes. A mon avis il s'agit d'un mauvais pari, mais les vieilles habitudes sont souvent difficile a changer.

_________________
Michael_Voyageur

Live as if you were to die tomorrow
Learn as if you were to live forever...
Revenir en haut
  Répondre en citant Yahoo Messenger   23 Oct 2006 16:21
fasa
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 24 Déc 2004
Pays, Ville: Londres, westminster

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Note du Post : 4   Nombre d'avis : 1

Michel, celà ne peut-il pas être lié à la peur de l'exclusion du groupe ? Après tout au japon on est d'abord identifié par son appartenance à un groupe. Le groupe auquel on appartient passant avant son identité propre. La peur de ne pas être indispensable au groupe ne renforcerait pas la peur d'en être exclue ?
_________________
Fasa, de retour et hargneux
Revenir en haut
  Répondre en citant   24 Oct 2006 09:28
Michael_Voyageur
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 21 Sep 2003
Pays, Ville: Paris, France - Tokyo, Japan

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Exact mais encore...
Note du Post : 4.5   Nombre d'avis : 2

fasa a écrit:
Michel, celà ne peut-il pas être lié à la peur de l'exclusion du groupe ? Après tout au japon on est d'abord identifié par son appartenance à un groupe. Le groupe auquel on appartient passant avant son identité propre.


Hello, je reviens juste pour apporter un petit complement, enfin plutot une hypothese personelle, ou une tentative d'explication. Je jette un peu mes idees en vrac mais je pourrais completer ou developper certains elements par la suite.

Oui en effet, je pense que tu as saisi un des facteurs essentiels qui lie les japonais au travail. En effet le besoin d'apartenance/d'integration a un groupe, (et la subordination de l'individu au groupe) sont des besoins sociaux majeurs et souvent cites chez les japonais.

Mais a mon avis il ne s'agit pas de toute l'explication, on pourait evoquer d'autres facteurs, peut-etre tout aussi importants.
Par exemple dans le Japon d'aujourd'hui on peut trouver de tres nombreux japonais que l'on pourrait qualifier d'atypiques dans le sens ou pour eux le cercle professionel est beaucoup moins important que pour la majorite des japonais. Pour etre encore plus concret je vais donner des exemples que je vois tous les jours a mon bureau. Parmi la centaine d'employes on pourait tenter de diviser ces employes en 2 grandes categories :
Arrow ceux qui sont "groupistes", et vivent au travail reellement comme un element du groupe: l'equipe a laquelle ils appartiennent est tres importante, souvent ils prennent des pauses ensembles, vont manger ensemble, se retrouvent a discuter ensemble au coin fumeur, vont prendre un pot ensemble, si l'entreprise organise une reunion generale ou un evenement/celebration vous les trouverez forcement ensemble en train de se taper la discute, bref on se prend presque a se demander ce qu'ils deviendraient s'ils n'avaient pas leur clan (famille?) de potes avec qui ils se sentent a l'aise. On pourait appeler cette categorie les "groupistes". Et quand je dis groupe, les relations y sont presque celle d'une famille.
Arrow Inversement et par contraste il y a sussi ceux qui sont moins groupistes mais meme plutot independants ! Si vous regardez bien vous allez en trouver de ces japonais qui ne sont pas aussi groupistes que les autres. Alors que les autres vont tres souvent bouffer ensemble, vous en verez qui restent souvent bosser seul, puis alors que les autres reviennent bosser curieusement ils pouraient prendre une pause seul, au fait il est parti ou ? Personne ne sait vraiment. Ses horaires de travail semblent en decalage, soit il vient plus tot, soi plus tard, quand ils vont manger ou discuter a une soiree c'est plus souvent avec des employes d'autres sections ou d'autres equipes, alors que les groupistes vont rester faire des heures sup ensembles ou boire un pot l'independant risque de rentrer chez lui assez tot et sans aucun remort ! Pourtant ce meme employe qui est parti tot risque de passer le week-end (samedi, dimanche, ou meme samedi ET dimanche d'afilee), ce qui semble incoherent. Lors de reunion, autant les groupistes se tous mis d'accord sur un projet une direction a prendre, autant l'independant pourait sortir une opinion ou une objection iconoclaste / a contre courant que personne n'attendait.

Bref je cherche a designer cette partie de japonais de caracteres plus independants / autonomes pour qui les regles imposees par le groupe sont moins importantes, on les appelles parfois en japonais "hamidashi ningen" ou "hamidashi shain" (les employes qui "depassent" ou qui sortent du lot).
Je pense que cette categorie d'employe augmente, notamment avec les transformations progressives du monde du travail au Japon. Autant autrefois les equipes tres soudees qui faisaient clan etaient extremement nombreuses, et les independant tellement rares qu'on pouvait presque se demander s'il en existait au Japon ! Meme le terme de "hamidashi" avait une conotation negative. Autant aujourd'hui ce n'est plus le cas, on peut trouver de plus en plus de japonais atypiques, individualistes, independants, autonomes, anti-conformistes, contre les idees recues... etc, Les termes de "hamidashi" (sortir du lot) ou "kata-yaburi" (briser les a-priori) prennent parfois, de plus en plus souvent, une conotation positive.

Maintenant le contexte expose, si on se dit que les japonais groupistes seront ceux qui travaillent le plus (faire le plus d'heures sup), qui vont s'investir le plus dans leur travail et vont donner les meilleurs resultats en fait je pense qu'il s'agit d'une erreur. Parmi la categorie des independants/non-groupistes/anti-conformistes on pourra aussi trouver des employes qui sont des puissances de travail colossales. De veritable robots, ou meme une usine de robots a eux tout seul ! Certains par exemple ne dorment que quelques maigres heures chaque nuit, par exemple 3/4 heures maximum, ils sont pret a travailler sans aucune vacance (aucun jour de conges) et ce sont souvent ceux la qu'on trouvera au bureau en week-end" ou bien excessivement tot ou tard au bureau.
Dans ces cas qui sont en fait plus nombreux qu'il ne semble, la force qui anime ses employes n'est pas du tout le desir d'appartenance au groupe, il sembleraient meme fuir le groupe, je dirais que ces employes par nature et par leur facon de travailler auront perpetuellement du mal a s'integrer au groupe professionel, et prefereront travailler seul, leur force se situe peut-etre justement dans cet anti-conformisme. Parce qu'il sont different il se retrouvent hors du groupe, presque exclu, mais en meme temps parfois par leur difference ou leur originalite il peuvent representer une enorme valeur ajoutee pour l'entreprise. Souvent laisses dans leur coin, "oublies" par les autres, ils sont parfois adules/admires quand ils font un exploit incroyable ce dont ils sont souvent capables.

Il y a donc diverses categories d'employes et selon les employes le desir d'integration/d'appartenance au groupe n'est pas forcement le moteur principal de leur motivation professionelle, il ne faut pas negliger non plus les moteurs de type individualistes, tel que l'accomplissement de sa passion (se prouver a soi meme qu'on peut aller jusqu'au bout de sa passion), le desir individualiste de se differencier/se demarquer ou de reussir professionellement, ou encore plus simplement le desir materialiste de s'assurer de forts revenus par exemple afin de garantir stabilite et confort a sa famille ou bien au contraire (ou en meme temps) de facon a pouvoir assouvir ses passions personnelles dans sa vie privee... etc


Le besoin tres fort d'apartenance au groupe est toujours un ciment social et professionel extremement important au Japon, mais on sous-estime beaucoup les motifs de types individualistes ou materiel. Or le systeme economique actuel, qui genere de fortes differences de revenus (accroit les inegalites) a tendance a pieger les employes japonais qui s'investissent au travail dans un cercle vicieux en les rendant de plus en plus dependant de l'entreprise, et cela de maniere tres mecanique, independamment des relations de groupe.

Par exemple certains elements de cette mecanique sont les prix exhorbitant a l'achat de biens immobiliers (appartements en "mansion" en ville, maisons de construction recente en banlieue...). Or il est normal qu'a partir d'un certain age les japonais souhaitent se mettre en famille et aquerir leur logement, ce qui les enchaine le plus souvent avec des emprunts sur plus de 25 ou 30 ans (sans meme compter les autres achats tels que automobile, meubles, equipement audio-visuel... etc), il ne faut pas non plus oublier que les femmes japonaises quittent souvent leur emploi apres leur mariage ou leur 1er enfant, celles qui travaillent sont aussi tres souvent sous-payees et peuvent rarement envisager des carrieres professionelles. Enfin il faut encore ajouter les couts tres eleves de l'education scolaire et para-scolaire des enfants, l'absence de couverture sociale pour de nombreux frais de sante, la faiblesse de la retraite obligeant a epargner, les sorties et loisirs tres chers au Japon... etc autant de postes lourds sur un budget qui souvent piegent les employes parfois encore jeunes (autour de la trentaine, age ou beaucoup songent a se marier ou acquerir un bien).

Elements indirects de cette mecanique : se sentant piege par leur engagement financier tres lourd (ou voyant venir ces futures obligations deja tres tot) beaucoup chercheront a s'assurer tres tot une place solide dans leur compagnie en se rendant le plus indispensable possible, notamment au moyen des heures sup impayees ou autres quantite de travail deraisonables.

Face a ce systeme tres contraignant et stressant beaucoup de japonais rechercheront des moyens d'evasion au travers de diverses passions pratiquees soit au sein de leur travail soit en dehors de leur travail, certaines passions etant malheureusement souvent onereuses (au Japon notamment les loisirs sont souvent de fortes sources de depenses ), ils auront l'impression de s'evader un instant, mais finalement agravent peut-etre leur etat de dependance vis a vis de leur employeur.

D'autre japonais chercheront louablement surtout a proteger leur famille ou en tout cas leur garantir le maximum de confort (si ce n'est pour eux meme, parfois aussi pour preserver leur "statut social" vis a vis de leur famille ou leur entourage), dans ce cas le veritable moteur de leur investissement professionel n'est plus vraiment ou pas forcement le desir de s'integrer au groupe professionel mais au dela, plutot un desir de bonheur ou dumoins de stabilite familiale.

Enfin les motifs peuvent etre tres differents d'un japonais a l'autre et je pense qu'il ne faut pas forcement cataloguer tous les japonais mais respecter leur diversite et comprendre les contraintes tres fortes de leur systeme economique et social. Demandez a ceux que vous connaissez pourquoi il travaillent tant et font meme tant d'heures sup, vous pouriez etre surpris de leur reponse. Mais au fond quel que soit leur motivations, leurs reves ou leurs desirs, dans un tel systeme tres contraignant economiquement la seule solution est souvent de travailler plus que sa part pour pouvoir realiser son reve.

En ce sens on dit souvent que les japonais sont "peu productifs", mais je pense au contraire qu'ils sont eminemment travailleurs et productif ! Simplement le systeme economique ou ils sont places me semble devaluer enormement la valeur de leur travail, tout en leur faisant miroiter des reves extremement difficiles a realiser.

_________________
Michael_Voyageur

Live as if you were to die tomorrow
Learn as if you were to live forever...
Revenir en haut
  Répondre en citant Yahoo Messenger   19 Déc 2006 16:11
AMATERASU Yadénana
5eme Dan
5eme Dan


Inscrit le: 23 Sep 2003
Pays, Ville: Sapporo

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Visiter le site web du posteur
Ce message n'a pas encore été noté.

Tiens, mon boss m'en a sorti une bonne : pour chaque 3 retards au boulot, il nous sucre un jour de congé Laughing
J'en ai pas encore parlé avec lui, mais les nanas avec qui je bosse mon sorti leur fameux "ici c'est normal c'est le Japon" (sans déc' Rolling Eyes )

Vous avez déjà entendu ça ? Idea


en tout cas, si je suis en retard une troisième fois, autant que je reste chez moi Frenchie ; et c'est lui qui est baisé (^_^)..!..
_________________
Dans ses yeux, y'a tant d'soleil
Que quand elle me regarde, je bronze.
Renaud.
Revenir en haut
  Répondre en citant   25 Sep 2012 00:02
eve
Modérateur


Inscrit le: 20 Sep 2003
Pays, Ville: Tokyo

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Ce message n'a pas encore été noté.

J'avais ça à l'université : 3 retards = 1 absence... Il fallait donc absolument prendre les papiers de retard quand problème de train Sad
Revenir en haut
  Répondre en citant   25 Sep 2012 00:26
iriakun
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 19 Nov 2010

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Ce message n'a pas encore été noté.

A mon taf c'est une partie du bonus qui est sucre si c'est trop frequent mais de toute facon il est plus bien haut depuis la crise....
Revenir en haut
  Répondre en citant   25 Sep 2012 01:57
bati
Ceinture Bleue
Ceinture Bleue


Inscrit le: 22 Juin 2011

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Ce message n'a pas encore été noté.

Perso, dans ma boite,
baito, keiyaku sha`in, sha`in, c`est le meme tarif:
a partir du 6* mois, nous avons 10 jours de conges payes, a prendre quand on veux. Puis, tout les 12 mois, 10 jour + 1 jour en plus, donc au bout de 18 mois → 11jours, 30 mois → 12 jours, etc... et ce jusqu`a 20 jours
Ces jours de conges payes sont valables 2 ans.

Pour les baitos et les keiyaku sha`in, il semble qu`on est pratiquement libre de les prendre quand on veux.
Par contre, pour les sha`in, dans le cas de vacances, il faut faire une "demande" 1 mois a l`avance.

Si on a la creve, ou situation exceptionnel, bien entendu on peut prendre un jour, comme ca.

De plus, nous avons des jours de conges non payes dans le cas d`un enterrement, mais je ne sais pas trop....

Enfin, cet ete, on nous a demande de prendre 1 semaine de conges.
Il ne me restait plus que 3 jours, donc j`en ai utilise 1 sur un lundi, pour partir en week end.
Mon "sempai" a pris une semaine, mais jusqu`a l`avant veille n`etait pas sur de pouvoir la prendre, a cause de la quantite de travail qu`il avait a faire.

"HS coup de gueule"
Aussi, on nous a demande de ne pas faire plus de 45 ou 50 heures sup` par mois, mais les mecs qui demandent ca, ne font strictement rien pour ne pas avoir a faire autant d`heures !!!Evil or Very Mad
Le system des 3x8 est inexistant dans ma boite..... Shocked
(c`est un entrepot)
Tout le monde se pointe a 9H et reste jusqu`a la fin(21-22-23-24-1H etc..), puis l`equipe de nuit vient et prepare la journee du lendemain.
Est ce que le system des 3x8 existe au japon ?
"HS coup de gueule" OFF
Revenir en haut
  Répondre en citant   25 Sep 2012 03:08
iriakun
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 19 Nov 2010

Envoyer un message privé Voir le profil de l'utilisateur
Ce message n'a pas encore été noté.

Pareil que Bati sauf que je suis moins bien loti vu que j'ai 3 jours pour tout l'Ete mais pas besoin de demander 1 mois a l'avance sauf pour Noel.
Heure sup'payees sont limitees....crise oblige et puis de toute facon j'aime pas en faire haha
Revenir en haut
  Répondre en citant   25 Sep 2012 04:40
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum index -> Faits de Société Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
Page 3 sur 10

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Développé par phpBB 2.0.16 © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com