Forum Japon

 

[ S'enregistrer ]   [ Rechercher ]    [ Liste des Membres ]    [ Groupes d'utilisateurs ]   [ FAQ ]  
[ Connexion ]   [ Mes messages privés ]   [ Profil ]
Au Japon, enfin la reprise économique ?

Recherche Rapide :
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Economie et Politique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
So-chan
Ceinture Marron
Ceinture Marron


Inscrit le: 18 Déc 2010
Messages: 341
Points: 1225
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 29 Mai 2012 15:54    Sujet du message: Au Japon, enfin la reprise économique ?

 Note du Post : 3   Nombre d'avis : 2
Répondre en citant



Depuis début 2012, les statistiques montrent qu'une reprise dans l'archipel est en train d'avoir lieu, tout comme aux Etats Unis.

Les chiffres tout d'abord. Après avoir un atteint un record en 2009 de 5,8%, le taux de chomage a chuté à 4,3%. On comptait ainsi 79 emplois pour 100 demandeurs.

La consommation des ménages confirme elle aussi sa reprise puisqu'en Avril, elle a augmenté de 2,6% sur un an. Il s'agit en partie d'un phénomène de rattrapage après la chute observée l'an passé à la même époque, après le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire qui avaient incité une population angoissée à la prudence sur la dépense pendant des mois. En termes nominaux, c'est à dire sans tenir compte de l'évolution des prix, les ménages ont dépensé 3,2% de plus.


De meme, toujours en prenant les statistiques d'Avril et en les comparant à l'an dernier on constate que le revenu moyen des ménages salariés a continué de s'élever, de 2,7%, à 469.381 yens (environ 4.700 euros).

Dans le même temps grace à la reprise économique aux Etats Unis, les exportations japonaises ont augmenté. La demande des pays émergents a également dynamisé les exportations japonaises. Cela permet ainsi à la balance commerciale japonaise de rester excedentaire malgrès une hausse des importations (à cause de l'arret des centrales nucléaires, le Japon importe plus de matières premières).

Cette hausse de la consommation des ménages et des exportations japonaises ont permis pour le premier trimestre de l'année 2012, une hausse du PIB de 1,0%.

Comment expliquer ces chiffres ?


Tout d'abord le début de la reconstruction. En effet, le gouvernement japonais a adopté 4 rallonges budgétaires pour l'année fiscale 2011 (Mars 2011 à Mars 2012) atteignant au total près de 205 milliards d'euros. Ces 4 rallonges budgétaires auront un effet de plan de relance géant . C'est d'ailleur la première fois depuis l'année 1948 (en plein reconstruction d'après guerre) que le gouvernement japonais adopte des rallonges budgétaires aussi importantes. Deplus, la reconstruction du Tohoku se fait selon un modèle bien définie : il n'est pas question de revenir à une situation d'avant le 11 Mars mais bien au contraire d'offrir au Tohoku des perspectives nouvelles, qui changeront en profondeur sa structure économique. La région est meme devenue une zone spéciale dans l'archipel ou les entreprises s'y implantant seront exonérées d'impots ce qui encourage les entreprises étrangères et japonaises à s'y implanter.

Autre facteur de cette reprise japonaise, c'est la reprise économique des Etats Unis, 2e client du Japon. De meme, la demande des pays en développement a connu une forte hausse. L'accord de libre échange signé avec l'Inde permet également une hausse des exportations japonaises vers ce pays de 1 milliard 200 millions d'habitants.


3e facteur clé, un certain nombre de mesures prises par le gouvernement japonais pour encourager la demande comme les subventions gouvernementales versées pour l'achat de voitures peu consommatrices d'énergie. Ainsi, en Avril, les japonais ont beaucoup acheté de véhicules motorisés (+65,7% sur un an). Dans le meme temps ,les ventes de détail ont grimpé de 5,8%, dopées par les subventions à l'automobile.


4e facteur, l'action de la BoJ (Banque Centrale japonaise) qui a adopté plusieurs mesures d'assouplissement monétaire.

Elle procède à des achats d'obligations d'Etat et d'entreprises ainsi que d'autres titres financiers et consent des prêts à taux préférentiel. La BoJ avait en outre déjà pris des dispositions complémentaires fin avril en augmentant de 5.000 milliards de yens (près de 50 milliards d'euros) le montant consacré à l'acquisition d'actifs divers, hissant ainsi le total à 70.000 milliards de yens (690 milliards d'euros), ce qu'elle juge suffisant pour l'heure.
Cependant, la déflation perdure et retarde la reprise japonaise. La banque dit reconnaître que "l'économie japonaise traverse une phase de défi pour vaincre la déflation et revenir sur le chemin d'une croissance durable sur fond de stabilité des prix", équivalent pour elle à une inflation de l'ordre de 1% d'un an sur l'autre. Le MoF (Ministère des Finances) a décidé de ne plus s'opposer à la mise en place d’un « objectif » virtuel d’inflation.
En conséquence, "la banque va continuer de conduire une politique monétaire appropriée", ce qui signifie qu'elle ne la durcira pas tant qu'une amélioration significative ne sera pas constatée sur le front de la croissance et de l'évolution des prix à la consommation.

En conséquence, le Nikkei est reparti à la hausse depuis le début de l'année, les actions japonaises ont surperformé depuis le début de l’année ce qui a surpris les investisseurs internationaux.


De plus, les économistes mettent en avant le fait que les fondamentaux meme de l'économie japonaise ont évolué. Les banques japonaises ont traité le problème des créances douteuses (non-performing loans – NPL) issu de l’éclatement de la bulle immobilière japonaise, contrairement aux banques européennes dont les difficultés n’ont toujours pas été résolues. Le ratio des NPL des principales banques japonaises a reculé (et continue de diminuer) passant de plus de 8 % en 2002 à moins de 2 % en 2006. Les entreprises non financières ont également réduit sensiblement leur endettement. Selon le ministère des finances, le processus de désendettement des grandes entreprises s’est accéléré depuis la fin des années 1990. Le coût du travail rapporté au chiffre d’affaires a également reculé d’un plus haut supérieur à 11 % au début des années 2000 à environ 8 % avant le début de la crise financière en 2008. Pour la première fois depuis le début des années 1990, l’indice Tankan de diffusion de la capacité de production, publié par la Banque du Japon, est devenu négatif en 2006 (suggérant une pénurie), avec -dans le même temps-une baisse des dépenses d’investissement.


Et les fondamentaux de l'économie japonaise ne cessent d'évoluer. Cette année déjà une bonne partie des grandes entreprises japonaises ont vu arriver à leur tete des dirigeants plus jeunes et réformateurs. C'est le cas par exemple de Hirai Kazuo, nouveau patron de Sony, décidé à réformer en profondeur son entreprise, accélerer les prises de décision, réformer le mangement japonais ...

Parallèlement, d'autres secteurs de l'économie japonaise ont confirmé leur expension. C'est le cas du secteur pharmaceutique, du secteur de l'agroalimentaire (House Foods Corp., Kewpie Corp., Ajinomoto Co., Asashi Breweries, Suntory...), du pret à porter (Uniqlo) et du tourisme en hausse continue depuis plusieurs années (si l'on excepte l'année extraordinaire de 2011).

Les grandes écoles japonaises elles meme se joignent à ce mouvement de réforme. Todai a donné l'impulsion aux autres grandes écoles japonaises : il faut s'ouvrir sur le monde, déplacer la date de la rentrée scolaire en Septembre...

Ce désir d'ouverture se retrouve aussi au sein de l'élité dirigeante japonaise, on parle de IIIe Ouverture du Japon, en référence aux 2 précédentes (ère Meiji et après guerre).

Le Japon va t-il donc sortir de cette période de stagnation économique ? Seul l'avenir nous le dira.


Cependant, les nouvelles d'Europe vont mal.

Et pour cause ? Les dirigeants européens n'ont rien appris de la crise japonaise et plongent leurs pays dans la meme situation que le Japon de la décennie perdue.

En effet, les dirigeants européens mettent en place les memes solutions inéfficaces que les dirigeants japonais avaient mis en place au cours des années 90. Explications de Nicolas Goetzmann

1/Déjà la relance keynésienne a eu l’effet d’alourdir considérablement le fardeau de la dette, tout en ayant un effet quasiment nul sur le niveau d’activité.
Ces politiques ont été abandonnées par les japonais dès 1997 (le retour du PLD au pouvoir) en raison de leur inefficacité.
Les discussions actuelles à propos des Eurobonds, des « project bonds » et d’autres plans de relance de ce type caractérisent l’incapacité de prendre exemple sur le passé.

2/ Les réformes fiscales japonaises basées sur des hausses d’impôts ont eu pour effet d’abaisser les recettes de l’état et de provoquer à nouveau l’accroissement de l’endettement public, et ce, sans aucun résultat favorable au retour de la croissance. Le matraquage fiscal ayant pour principal effet de diminuer la base taxable. Les programmes économiques développés ces derniers mois, notamment en France, ambitionnent pourtant de suivre cet exemple.

3/ Enfin, la rigidité de la politique monétaire est sans aucun doute le facteur le plus dramatique de l’expérience nippone. La stricte volonté de stabiliser les prix a eu pour effet l’installation d’une période déflationniste qui explique pour la plus grande part la situation japonaise actuelle.

Alors qu’une politique ambitieuse consisterait à suivre les réformes structurelles dont l’Allemagne est l’exemple, couplée à une réforme monétaire invitant à prendre en compte la croissance et l’emploi par la Banque Centrale Européenne, l’Europe suit aujourd’hui la voie inverse. La rigidité monétaire de l’Allemagne, et l’éventuelle prise en compte des réformes proposées par la nouvelle présidence française (Eurobonds, hausse des impôts) sont le cocktail de l’échec Japonais.

Cependant, le Japon a réussi à s’endetter au niveau actuel grâce à sa population, les japonais détenant 95% de leur dette. Cette situation a permis d’éviter la défiance des marchés ce qui n’est pas le cas de l'Europe d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus :
http://www.romandie.com/news/archives/Japon_4e_rallonge_budgetaire_de_soutien_de_25_mrd_EUR_approuvee201220110612.asp

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120529trib000700750/japon-malgre-une-legere-hausse-du-chomage-la-consommation-repart-en-avril.html

http://bourse.lefigaro.fr/devises-matieres-premieres/actu-conseils/la-chine-et-le-japon-court-circuitent-le-dollar-214365

http://french.peopledaily.com.cn/Tourisme/7831485.html

http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/24/tokyo-se-met-a-l-heure-mondiale?destination=node%2F866458

http://www.atlantico.fr/decryptage/europe-menacee-marasme-identique-celui-japon-dette-recession-demographie-nicolas-goetzmann-371372.html?page=0,1
_________________
Praying for Japan


Dernière édition par So-chan le 30 Mai 2012 11:17; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Samuel
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 31 Mai 2010
Messages: 261
Points: 3159
Pays, Ville: Geneva

MessagePosté le: 30 Mai 2012 10:17    Sujet du message: Re: Au Japon, enfin la reprise économique ?

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

So-chan a écrit:
Cependant, le Japon a réussi à s’endetter au niveau actuel grâce à sa population, les japonais détenant 95% de leur dette. Cette situation a permis d’éviter la défiance des marchés ce qui n’est pas le cas de l'Europe d’aujourd’hui
Heureusement que tu finit par préciser cela; de fait toute comparaison des choix économiques structurels des autres pays n'est pas raisonnable sans le prendre en compte. Donc je ne sais pas encore comment l'Europe va se sortir du merdier de l'endettement actuel et digérer la probable banqueroute et sortie de l'Euro de la Grèce sans plomber la croissance mais il ne me paraît pas très vraisemblable de faire des comparaisons avec la stagnation au Japon.

Sinon j'apprécie beaucoup tes efforts pour bien présenter avec des illustrations, mais je renouvelle une remarque déjà faite il me semble: Cite tes sources ! Il n'y a aucun liens dans ton texte et ça manque, à la limite si ça vient juste d'un article papier d'un quotidien japonais tu peux juste le mentionner.
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
So-chan
Ceinture Marron
Ceinture Marron


Inscrit le: 18 Déc 2010
Messages: 341
Points: 1225
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 30 Mai 2012 10:55    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Désolé pour les liens, je vais en mettre. En fait j'ai rassemblé plusieurs informations de plusieurs sites francophones.
_________________
Praying for Japan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gillou
Modérateur


Inscrit le: 22 Mai 2004
Messages: 1150
Points: 11374
Pays, Ville: De retour à Paris

MessagePosté le: 30 Mai 2012 12:47    Sujet du message:

 Note du Post : 3   Nombre d'avis : 1
Répondre en citant

Petite précision quand même: Une dette, même intérieure, reste une dette, qu'il faut bien rembourser un jour d'une façon ou d'une autre. OK, le cas d'une dette interne enlève la pression des marchés, ce qui n'est pas une petite épine en moins, mais n'empêche que la dette en elle-même est toujours là, et qu'à ma connaissance le Japon n'a à l'heure actuelle aucune idée de comment il souhaite/peut la combler.

Le fait que la dette soit détenue à 95% par les Japonais donne certes au pays la latitude de se laisser du temps, sans contrainte extérieure. Mais il ne l'affranchit pas du remboursement. Donc, même si le problème est décalé dans le temps par rapport à l'Europe, il reste entier.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kEep OnE
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 858
Points: 1788
Pays, Ville: Tokyo, Toshima-ku

MessagePosté le: 30 Mai 2012 16:15    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Gillou a écrit:
Petite précision quand même: Une dette, même intérieure, reste une dette, qu'il faut bien rembourser un jour d'une façon ou d'une autre. OK, le cas d'une dette interne enlève la pression des marchés, ce qui n'est pas une petite épine en moins, mais n'empêche que la dette en elle-même est toujours là, et qu'à ma connaissance le Japon n'a à l'heure actuelle aucune idée de comment il souhaite/peut la combler.

Le fait que la dette soit détenue à 95% par les Japonais donne certes au pays la latitude de se laisser du temps, sans contrainte extérieure. Mais il ne l'affranchit pas du remboursement. Donc, même si le problème est décalé dans le temps par rapport à l'Europe, il reste entier.


Mmmh, je trouve que ce sont quand même des affirmations un peu rapides.
Ce qu'il faudrait se demander c'est : qu'arriverait-il si l'Etat japonais faisait défaut ?
Toute dette n'a pas obligation d'être remboursée, même si cela fout un sacré boxon. L'Equateur a fait ce choix par exemple.
http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/MILLET/20755
_________________
Un gaijin réunionnais qui tient son petit blog :
http://reunion-tokyo-express.over-blog.com/
Twitter : @ReunionTokyo
Dogecoin : DGLnbSWisjvr71duQPPa2w3vfu7uwX2xDA
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Max
Modérateur


Inscrit le: 24 Nov 2003
Messages: 769
Points: 10559

MessagePosté le: 30 Mai 2012 16:28    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

M'enfin l'Equateur n'est pas le Japon. Comparons ce qui est comparable ...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kEep OnE
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 858
Points: 1788
Pays, Ville: Tokyo, Toshima-ku

MessagePosté le: 30 Mai 2012 17:11    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

D'une, dites-moi en quoi cela n'est pas comparable.
De deux, j'aimerais bien que l'on m'explique ce qu'il arriverait si l'Etat decidait de ne pas rembourser sa dette interieure.
_________________
Un gaijin réunionnais qui tient son petit blog :
http://reunion-tokyo-express.over-blog.com/
Twitter : @ReunionTokyo
Dogecoin : DGLnbSWisjvr71duQPPa2w3vfu7uwX2xDA
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
So-chan
Ceinture Marron
Ceinture Marron


Inscrit le: 18 Déc 2010
Messages: 341
Points: 1225
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 30 Mai 2012 17:36    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

L'Argentine a pris la meme décision. Résultat, les investisseurs étrangers refusaient d'investir en Argentine, les banques de preter à l'état argentin. Le marché a dégringolé. Il aura fallu attendre 2011/2012 pour qu'ils reviennent prudemment.
_________________
Praying for Japan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Max
Modérateur


Inscrit le: 24 Nov 2003
Messages: 769
Points: 10559

MessagePosté le: 30 Mai 2012 19:30    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Avoir la 2ème ou 3ème puissance économique mondiale qui annule sa dette, ca changerait la face du monde par rapport à un "petit" pays économiquement beaucoup plus faible. L'impact sur l'image, la confiance des investisseurs serait réduite à néant.

Too big to fail Rolling Eyes
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
So-chan
Ceinture Marron
Ceinture Marron


Inscrit le: 18 Déc 2010
Messages: 341
Points: 1225
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 30 Mai 2012 20:29    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

C'est exact. C'est pourquoi le gouvernement japonais veut adopter un train de mesures dans le but de poursuivre les réformes Tanigaki (sur le desendettement) mises en places durant la période Koizumi. La hausse de la TVA (à 10%) est la mesure emblématique de ce train de mesures. Mais on peut ajouter la hausse de l'impot sur le revenu pendant 10 ans, hausse de la taxe d'habitation pendant 5 ans, une surtaxe pour l'impot sur les societes pendant 3 ans, vente d'actifs, reduction du poids de la Kokkai (baisse des salaires des parlementaires, reduction du nombre de sieges, baisse des salaires des fonctionnaires), hausse de plusieurs taxes comme celles sur l'alcool et le tabac... Mais egalement un doublement progressif de la TVA sur les 5 prochaines annees (de 5% a 10%, peut etre meme plus) pour financer les budgets sociaux.
Le gouvernement japonais veut egalement lever des fonds supplementaires en vendant les participations dans Japan Tobacco et Tokyo Metro.

Des réformes dures pour désendetter le pays. Mais le gouvernement japonais a décidé, à la demande du parti d'opposition (PLD) plusieurs réajustements qui seront faits automatiquement en fonction de la CROISSANCE. Si la croissance est fragile, il faut la soutenir, pas l'étouffer. Le PLD a également réclamé des TVA différentes en fonction des produits taxés. Ainsi, le PLD veut une hausse beaucouo plus faible de la TVA sur les produits alimentaires. Le PDJ au pouvoir avait réponde par la négative mais est revenu sur sa décision.
On peut dire merci au PLD sur ce point.
_________________
Praying for Japan
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Economie et Politique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB 2.0.16 © 2001, 2002 phpBB Group (Traduction par : phpBB-fr.com)