Forum Japon

 

[ S'enregistrer ]   [ Rechercher ]    [ Liste des Membres ]    [ Groupes d'utilisateurs ]   [ FAQ ]  
[ Connexion ]   [ Mes messages privés ]   [ Profil ]
Nouvelles / brèves diverses en lien avec le séisme et le tsunami et plus généralement la catastrophe du Tôhoku / Kantô

Recherche Rapide :
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Echos Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 07 Mai 2011 09:42    Sujet du message:

 Note du Post : 4   Nombre d'avis : 1
Répondre en citant

Le Japon se met à l’antinucléaire [Japonation] :

http://www.japonation.com/a-la-une/le-japon-se-met-a-lantinucleaire-10463

Un article intéressant pointant le développement des revendications antinucléaires au Japon depuis l'accident de Fukushima, notamment grâce à internet (17500 personnes défilent à Tokyo et la mobilisation grandie, une première depuis la guerre en Irak).

On apprend également l'existence d'une fronde très importante des élus locaux demandant au gouvernement de changer de politique énergétique.

L'article cite le chiffre de 50% des projets de réacteurs nucléaires qui ont échoué grâce aux mobilisation populaires.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Max
Modérateur


Inscrit le: 24 Nov 2003
Messages: 769
Points: 10559

MessagePosté le: 10 Mai 2011 12:15    Sujet du message:

 Note du Post : 4   Nombre d'avis : 2
Répondre en citant

Selon l'AFP, relayé par 20 minutes, le premier ministre Naoto Kan a indiqué qu'il renonçait à son salaire de Premier Ministre mais qu'il garde ses indemnités au titre de membre du parlement.

La raison principale est que le gouvernement a de responsabilités dans cette crise, tout comme les dirigeants de TEPCO qui eux également ont annoncé l'abandon de leur salaire.

En parallèle, TEPCO a demandé au gouverment de l'aider à surmonter les coûts actuels de gestion de crise mais aussi tout les coûts engendrés par les actions prises lors des tentatives de refroidissement des réacteurs.

Cette "mise sous tutelle" a été justifié par TEPCO car sans aide de l'Etat, TEPCO ne pourra pas provisionner assez d'argent pour dédommager (sic) les victimes de la catastrophe puisque tout l'argent partira pour acheter des combustibles pour alimenter les centrales thermiques remise en fonctionnement suite à l'arrêt de Fukushima et donc la crainte de ne pas avoir assez d'électricité pour Tokyo cet été est présente.



Citation:
Fukushima: Le Premier ministre japonais renonce à son salaire
Naoto Kan a annoncé ce mardi qu'il renonçait à son salaire de Premier ministre du Japon tant que la crise ne serait pas finie à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima.
(...)
«A l'instar de la compagnie électrique Tokyo Electric Power (Tepco), le gouvernement a une grande responsabilité dans cette crise», a-t-il justifié.
(...)
Les dirigeants de la compagnie d'électricité chargée du site, Tepco, ont annoncé plus tôt dans la journée l'abandon total de leur rétribution.




Tepco en appelle aux deniers publics

Citation:
Ce mardi, l'opérateur de la centrale a officiellement déposé sa demande d'aide à l'État japonais. La forme et le montant que prendra cette enveloppe reste encore à définir. Mais dans l'immédiat, le groupe aura besoin de «1000 milliards de yens de plus pour cette année budgétaire», soit 8,7 milliards d'euros, a écrit son PDG
(...)
Tepco se trouve «dans une situation qui lui permet difficilement d'obtenir de l'argent» des organismes financiers
(...)
Tepco ajoute que ses difficultés financières pourraient avoir des conséquences non seulement sur les capacités de la compagnie à dédommager les victimes de l'accident, mais aussi sur l'approvisionnement en électricité de la région de Tokyo.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SeRvIeTsKy
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 04 Mai 2007
Messages: 176
Points: 2528
Pays, Ville: Ibaraki-shi

MessagePosté le: 10 Mai 2011 13:51    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Max a écrit:

Citation:

Tepco ajoute que ses difficultés financières pourraient avoir des conséquences non seulement sur les capacités de la compagnie à dédommager les victimes de l'accident, mais aussi sur l'approvisionnement en électricité de la région de Tokyo.


Ouais ils n'ont qu'à demander à l'Etat de leur donner l'argent nécessaire à la reconstruction! D'autant plus que la nationalisation pointe son nez! Pourquoi ne pas demander à tous leurs actionnaires, c'est-à-dire les fonds d'investissement, banques, compagnies d'assurance et consorts, qui se sont engraissés depuis tant de temps sur le dos des contribuables?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 10 Mai 2011 18:50    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

SeRvIeTsKy a écrit:
Max a écrit:

Citation:

Tepco ajoute que ses difficultés financières pourraient avoir des conséquences non seulement sur les capacités de la compagnie à dédommager les victimes de l'accident, mais aussi sur l'approvisionnement en électricité de la région de Tokyo.


Ouais ils n'ont qu'à demander à l'Etat de leur donner l'argent nécessaire à la reconstruction! D'autant plus que la nationalisation pointe son nez! Pourquoi ne pas demander à tous leurs actionnaires, c'est-à-dire les fonds d'investissement, banques, compagnies d'assurance et consorts, qui se sont engraissés depuis tant de temps sur le dos des contribuables?


Depuis l'article que tu cites, la Keidanren a réagit sèchement à cette éventualité, c'est à dire qu'elle s'y oppose catégoriquement.

Le chef du patronat japonais, Yonekura Hiromasa rétorque que «[le gouvernement a] toujours dit que Tepco était responsable de ces indemnisations, mais ce n’est pas vrai au regard de la loi» ajoutant que «Il y a un ministre stupide, ignorant, qui a mentionné l’éventualité d’une nationalisation de Tepco, qui ne peut en aucun cas avoir lieu». Ce dernier craignant que «Cette attitude du gouvernement japonais a eu une influence vraiment négative sur les réactions de l’opinion mondiale en termes de politiques énergétiques».

Source : Fukushima : le patronat japonais souhaite que l’Etat indemnise les riverains (AFP par Japonation) : http://www.japonation.com/actualites-japon/fukushima-le-patronat-japonais-souhaite-que-letat-indemnise-les-riverains-10453
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
ElectronLibre
Modérateur


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 1454
Points: 16361
Pays, Ville: Jiyuudenshirando

MessagePosté le: 11 Mai 2011 01:25    Sujet du message:

 Note du Post : 4   Nombre d'avis : 1
Répondre en citant

La source citée par Pierro contient ce passage:
Citation:
« DÉSASTRE INIMAGINABLE »

Yonekura Hiromasa a assuré que l’opérateur avait construit et géré la centrale de Fukushima Daichi sur la base des normes établies par l’Etat. Il a expliqué que la loi japonaise prévoyait que les opérateurs étaient responsables de tout dégât provoqué par leurs installations, sauf « en cas de désastre inimaginable, ou de conflit interne ou de terrorisme, auxquels cas l’Etat doit prendre à sa charge toutes les indemnisations ».

Cependant, le premier ministre Naoto Kan et le porte-parole du gouvernement Yukio Edano, ainsi que le rapporte un article du JapanTimes (30 avril 2011), ont été très clairs sur ce point:
Citation:
"It goes without saying the primary responsibility lies with Tepco, but the government, which has been promoting nuclear power plants, cannot be exempt from responsibility," Kan said.
(...)
Chief Cabinet Secretary Yukio Edano firmly rejected the idea, stressing that the possibility of a major tsunami seriously damaging power plants had been pointed out during previous Diet deliberations.

Un autre article, mis en ligne sur le site de Marianne2 (25 mars 2011), est tout aussi sévère:
Citation:
(...)
A l’époque [en 2007], Katsuhiko Ishibashi insiste sur le fait qu'un tel accident était pourtant prévisible, et que de nombreuses centrales nucléaires présentent une « vulnérabilité fondamentale » intrinsèque face au risque de tremblement de terre et de tsunami.
Selon son raisonnement, la fragilité du parc nucléaire japonais tient au fait que le pays a commencé à baser et construire son système sur l'énergie atomique dans les années 1960-1970 alors que l'activité sismique était à un niveau relativement faible. Ceci a affecté les dessins des centrales nucléaires, qui n'ont pas été construites selon des normes assez exigeantes (...)
Les avertissements du scientifique, qui estime aujourd’hui que les 55 réacteurs japonais présentent un risque de genpatsu-shinsai, seront superbement ignorés par Tepco.
(...)
la multiplication des failles dans le parc nucléaire privé japonais montre toutes les limites de la privatisation des installations nucléaires et de ses dérives : sous-traitance, recherche d’économies, mise en concurrence, dérégulation etc. (...)

Le désastre n'était pas si inimaginable que ça. Quant aux dites normes établies par l'Etat, on peut se demander comment elles ont été établies et si l'Etat les a établies en toute indépendance; en clair, selon quels critères ces normes ont-elles été formulées ? Il a fallu des "experts" pour en arriver là. Qui a désigné ces experts ? De quels organismes dépendaient-ils ? A-t-on écouté toutes les parties concernées ?

"Cerise sur le gâteau"...
Quand on voit comment Tepco et ses partenaires se soucient de la sécurité des liquidateurs et autres petits employés intérimaires affectés au nettoyage de cette merde infâme...
C'est l'histoire d'un monsieur (habitant d'Osaka) qui répond à une offre d'emploi, un CDD d'un mois (12 000 yens par jour pour être conducteur). Il décroche le job. Il est censé travailler dans la préfecture de Miyagi mais, une semaine plus tard, il se retrouve à Fukushima, à faire le "technicien de surface" avec comme voisin encombrant ... le réacteur numéro 1. Par la suite, il a fait la connaissance d'autres voisins tout aussi effrayants, les réacteurs 5 et 6 ( Osaka day laborer duped into reactor cleanup, Japan Times ). L'affectation était bidon !
_________________
"Chez un homme politique, les études c'est quatre ans de droit, puis toute une vie de travers."
(Coluche)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 11 Mai 2011 06:23    Sujet du message:

 Note du Post : 3   Nombre d'avis : 2
Répondre en citant

ElectronLibre a écrit:
La source citée par Pierro contient ce passage:
Citation:
« DÉSASTRE INIMAGINABLE »

Yonekura Hiromasa a assuré que l’opérateur avait construit et géré la centrale de Fukushima Daichi sur la base des normes établies par l’Etat. Il a expliqué que la loi japonaise prévoyait que les opérateurs étaient responsables de tout dégât provoqué par leurs installations, sauf « en cas de désastre inimaginable, ou de conflit interne ou de terrorisme, auxquels cas l’Etat doit prendre à sa charge toutes les indemnisations ».

Cependant, le premier ministre Naoto Kan et le porte-parole du gouvernement Yukio Edano, ainsi que le rapporte un article du JapanTimes (30 avril 2011), ont été très clairs sur ce point:
Citation:
"It goes without saying the primary responsibility lies with Tepco, but the government, which has been promoting nuclear power plants, cannot be exempt from responsibility," Kan said.
(...)
Chief Cabinet Secretary Yukio Edano firmly rejected the idea, stressing that the possibility of a major tsunami seriously damaging power plants had been pointed out during previous Diet deliberations.

Un autre article, mis en ligne sur le site de Marianne2 (25 mars 2011), est tout aussi sévère:
Citation:
(...)
A l’époque [en 2007], Katsuhiko Ishibashi insiste sur le fait qu'un tel accident était pourtant prévisible, et que de nombreuses centrales nucléaires présentent une « vulnérabilité fondamentale » intrinsèque face au risque de tremblement de terre et de tsunami.
Selon son raisonnement, la fragilité du parc nucléaire japonais tient au fait que le pays a commencé à baser et construire son système sur l'énergie atomique dans les années 1960-1970 alors que l'activité sismique était à un niveau relativement faible. Ceci a affecté les dessins des centrales nucléaires, qui n'ont pas été construites selon des normes assez exigeantes (...)
Les avertissements du scientifique, qui estime aujourd’hui que les 55 réacteurs japonais présentent un risque de genpatsu-shinsai, seront superbement ignorés par Tepco.
(...)
la multiplication des failles dans le parc nucléaire privé japonais montre toutes les limites de la privatisation des installations nucléaires et de ses dérives : sous-traitance, recherche d’économies, mise en concurrence, dérégulation etc. (...)

Le désastre n'était pas si inimaginable que ça. Quant aux dites normes établies par l'Etat, on peut se demander comment elles ont été établies et si l'Etat les a établies en toute indépendance; en clair, selon quels critères ces normes ont-elles été formulées ? Il a fallu des "experts" pour en arriver là. Qui a désigné ces experts ? De quels organismes dépendaient-ils ? A-t-on écouté toutes les parties concernées ?

"Cerise sur le gâteau"...
Quand on voit comment Tepco et ses partenaires se soucient de la sécurité des liquidateurs et autres petits employés intérimaires affectés au nettoyage de cette merde infâme...
C'est l'histoire d'un monsieur (habitant d'Osaka) qui répond à une offre d'emploi, un CDD d'un mois (12 000 yens par jour pour être conducteur). Il décroche le job. Il est censé travailler dans la préfecture de Miyagi mais, une semaine plus tard, il se retrouve à Fukushima, à faire le "technicien de surface" avec comme voisin encombrant ... le réacteur numéro 1. Par la suite, il a fait la connaissance d'autres voisins tout aussi effrayants, les réacteurs 5 et 6 ( Osaka day laborer duped into reactor cleanup, Japan Times ). L'affectation était bidon !


Quel est le problème concernant l'élaboration de ces normes ? Tout simplement que le cadre législatif est fixé avec des standards "faible" ne faisant pas entrer dans les normes requises la protection a des séismes et tsunamis d'une certaine amplitude et n'interdit pas la construction sur zone sismique.

C'est d'ailleurs pour cela que le gouvernement japonais ne peut pas interdire l'exploitation des centrales dangereuses et ne peut qu'émettre un "conseil" 行政指導 qui n'a pas de valeur contraignante. C'est ce qui s'est passé pour Hamaoka. Le cadre législatif est réalisé dans le cadre de négociations entre les compagnies électriques, l'administration (METI ?) et la diète. Et personne n'a intérêt que cela change car cela signifierait la fermeture de centrales, un renchérissement du coût d'exploitation et à terme la fin de la filière nucléaire japonaise qui n'aurait jamais pu voir le jour si les risques avaient été calculé de manière réaliste.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Michael_Voyageur
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 21 Sep 2003
Messages: 2578
Points: 47643
Pays, Ville: Paris, France - Tokyo, Japan

MessagePosté le: 11 Mai 2011 07:15    Sujet du message: Ben pourtant ?

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

pierro a écrit:
C'est d'ailleurs pour cela que le gouvernement japonais ne peut pas interdire l'exploitation des centrales dangereuses et ne peut qu'émettre un "conseil" 行政指導 qui n'a pas de valeur contraignante. C'est ce qui s'est passé pour Hamaoka. Le cadre législatif est réalisé dans le cadre de négociations entre les compagnies électriques, l'administration (METI ?) et la diète. Et personne n'a intérêt que cela change car cela signifierait la fermeture de centrales, un renchérissement du coût d'exploitation et à terme la fin de la filière nucléaire japonaise qui n'aurait jamais pu voir le jour si les risques avaient été calculé de manière réaliste.

Ce que tu dis me parrait correct en theorie, pourtant dans la realite ce n'est pas exactement ce qui se passe.
Il a ete decide au cours de la semaine derniere la fermeture de la centrale de Hamaoka, il y a eu recemment des conferences de presse officielles sur le sujet et meme le 1er Ministre l'a mentione dans un de ses discours recents. D'autres solutions sont a l'etude actuellement (les combustibles fossiles notamment le gaz) pour pallier a la baisse de puissance qui resultera des fermetures progressives de centrales nucleaires, a commencer par Fukushima et Hamaoka (et d'autres vont peut-etre suivre, notamment les centrales les plus anciennes).
Il y a donc bien "certains interets" a ce que cela change, et ces interets ou leurs representants sont actuellement ceux qui ont l'ascendant. Il ne me semble pas trop difficile d'identifier ces interets, ou les causes de cette evolution. Il faut noter par exemple le revirement spectaculaire et tres logique de l'opinion publique au sujet du nucleaire entre avant/apres Fukushima. Avec un tel revirement je ne sais pas si la filiaire nucleaire japonaise pourra se remettre un jour de ce coup, une fois que la confiance est perdue il est tres difficile de la regagner. Et la, la confiance a ete perdue de maniere vraiment extreme. Actuellement les dirigeants, 1er ministre, directeurs et presidents de Tepco se font quasiment insulter comme du poisson pourri en plublic quand ils vont s'excuser aupres des habitants evacues des environs de Fukushima (on l'a vu plusieurs fois au journaux TV recemment).

_________________
Michael_Voyageur

Live as if you were to die tomorrow
Learn as if you were to live forever...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger
eve
Modérateur


Inscrit le: 20 Sep 2003
Messages: 2435
Points: 26642
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 31 Mai 2011 16:51    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Bilan détaillé de la catastrophe, mis à jour régulièrement :
http://www.isobesatoshi.com/data/sisya-eastjapan.html

Au 29/05 on compte 23 795 victimes (total morts + disparus), moins que les 28 000 qui étaient décomptés précédemment, sans doute à cause des problèmes de double décompte et les difficultés pour prendre contact avec des personnes en refuge.

Ces morts sont répartis majoritairement sur les 3 départements de Miyagi (14 333), Iwate (7394) et Fukushima (2000).

Au niveau des communes, la plus touchée est la ville portuaire d'Ishinomaki dans la baie d'Okashi (5795 morts) qui est une grande ville (équivalant à Grenoble). Autres communes ayant plus de 1000 morts : Rikuzen-Takata, Ôtsuchi-chô, Kesennuma, Kamaishi, Higashi-Matsushima, Minami-Sanrikuchô, Natori, Onagawa-chô (celles en gras ont perdu près de 10% de leurs habitants).

La ville qui avait "perdu" la moitié de sa population, Minami-Sanrikuchô, a finalement un bilan actuel de 1183 morts/disparus sur 17 431 habitants.

Il y a quelque temps, j'avais lu dans le Asahi que d'après l'examen des corps, 92% des morts étaient dues aux tsunamis...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Robert Patrick
5eme Dan
5eme Dan


Inscrit le: 27 Jan 2004
Messages: 1538
Points: 15564
Pays, Ville: Tôkyô, Japon

MessagePosté le: 31 Mai 2011 17:45    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Citation:
La ville qui avait "perdu" la moitié de sa population, Minami-Sanrikuchô, a finalement un bilan actuel de 1183 morts/disparus sur 17 431 habitants.

LOL ! Franchement, on s'en sort SUPER bien. On parle quand même d'une ville rayée de la carte... Shocked
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
eve
Modérateur


Inscrit le: 20 Sep 2003
Messages: 2435
Points: 26642
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 31 Mai 2011 21:53    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Euh, je ne comprends pas trop où tu veux en venir, RP, la ville avait la moitié de ses habitants qui étaient portés disparus au lendemain du séisme (on en a parlé ici), et finalement le bilan humain est beaucoup moins lourd que ce qu'on a craint au départ.

Je serais prudente avec l'expression "rayée de la carte" ; pour des quartiers oui, mais toutes les villes ont des parties intactes, le tsunami n'ayant touché que les parties côtières des villes.

EDIT : Lien : cartes des dégâts/inondations liés au tsunami (n°10 pour M-Sanrikuchô)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Echos Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB 2.0.16 © 2001, 2002 phpBB Group (Traduction par : phpBB-fr.com)