Forum Japon

 

[ S'enregistrer ]   [ Rechercher ]    [ Liste des Membres ]    [ Groupes d'utilisateurs ]   [ FAQ ]  
[ Connexion ]   [ Mes messages privés ]   [ Profil ]
Corée - Japon, la bataille culturelle est lancée

Recherche Rapide :
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Cultures Populaires Japonaises
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 08 Jan 2011 12:40    Sujet du message: Corée - Japon, la bataille culturelle est lancée

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Pour continuer le débat sur le sujet de la bataille culturelle que se livre le Japon et la Corée dans le monde et particulièrement en Europe, je vous proposes la création de ce fil.

Citation:
Les coréens ont compris ce que les japonais n'ont pas compris, il est facile de vendre des produits à l'étranger, mais pour exporter sa culture en masse, il faut s'adapter aux particularités de ces marchés étrangers.

L'exemple que donnait un responsable de KBS, c'est que leurs productions sont pensés pour être exportés (tout en gardant leurs particularités coréennes).

Bilan, leurs films et leurs musiques s'exportent de plus en plus.

En revanche, oui la musique ou les films japonais s'exportent, mais restent dans des marchés de niche, prêt à les recevoir, mais c'est pas encore demain qu'on aura du Dragon Ash, perfume ou AKB48 sur les radios et les télévisions françaises à forte audience.

La responsable marketing de Samusung disait la chose suivante, nos produits vont être les mêmes dans le monde entier, car nous sommes devenus une marque monde. Les japonais pensent toujours marché japonais/marchés étrangers, d'ailleurs ils ont inventé un terme qui se rapporte à cela, le "ガラパケイ", c'est à dire le côté fermé ou particulariste des technologies japonaises (pour le terme en question c'était pour désigner le particularisme des téléphones portables japonais et leurs services).

Ca fait un peu le charme du Japon ce côté exclusivement japonais, mais s'ils veulent exporter et reprendre la marche de la croissance, avec la concurrence très rude des coréens, ils vont avoir du mal en fonctionnant comme cela.



Citation:
Après quelques recherches sur internet, ce que je constate c'est que l'industrie culturelle coréenne s'est lanceé de tout son poids pour s'implanter sur le marché européen et américain.

On voit fleurir des évènements autour de la culture pop coréenne, un évènement appelé "korean connection" va être lancé et pourrait devenir un Japan expo coréen, des radios comme NRJ ont été des groupes coréens dans leur classement des morceaux demandés par leurs auditeurs sur internet.

J'ai vraiment l'impression que les japonais sont entrain de se faire damer le pion alors qu'ils bénéficiaient depuis plus de 5 ans un phénomène montant reposant sur le manga, l'animation, la musique et le cinéma.

Pour avoir participé il y a de nombreuses années à l'émergence d'une scène associative pour promouvoir la musique et la culture pop japonaise, et en voyant que d'une part l'industrie culturelle japonaise restait extrêmement frileuse voir ignorante du potentiel de sa culture pop (et en voyant toutes les peines du monde que nous avions pour constituer des évènements solides) alors que l'industrie culturelle coréenne investie au contraire elle-même pour tenter de s'implanter sur ce marché, cela me réjouit pour le développement de ce pays et la reconnaissance des puissances asiatiques, mais cela me laisse aussi un goût amer pour tous ceux qui ont participé à l'émergence de la culture japonaise et qui n'ont pas été suivi par les japonais.

Je pense que la diffusion du reportage d'un oeil sur la planète était parfaitement orchestré par les industriels coréens pour préparer le terrain et les esprits à leur plan de développement international.

Pour finir ce constat sur une note positive, je ne peux m'empêcher de penser que les japonais vont réagir et adopter une stratégie plus ouverte. Si un marché coréen arrive à s'implanter, je pense que cela leur prouvera qu'il est possible de le faire.

A quand des stars du rock et de la pop japonaise sur nos radios et des dramas à 20h30 sur les chaînes de la TNT ?

Le compte à rebours a commencé soyez-en sûr !

Rajoutons une couche, une chaîne coréenne anglophone et gratuite a été lancé sur plusieurs bouquets dont Free et diffuse des clips de kpop... (canal 516 sur freebox).


Pour parler de cela, voici des interviews très intéressantes que je suis parvenus à trouver sur le d'Orient-extrême.
Une première concernant le Tokyo International Music Market qui a rassemblé à Tokyo les principaux acteurs français et japonais du marché de la musique pour faire le point et échanger sur les méthodes pour développer le marché de la musique japonaise en France.

Une seconde, toujours sur le même site, interview de Morita Masao, président de Sony Music Entertainment venu parlé de la musique japonaise au MIDEM à Cannes, salon européen des professionnels de la musique.

Tokyo International Music Market partie 1 : http://www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique⊂=artistes&article=2787

Tokyo International Music Market partie 2 : http://www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique⊂=artistes&article=2793

Morita Masao au MIDEM 2010 : http://www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique⊂=artistes&article=2441

Je ne peux m'empêcher de citer la conclusion de l'auteur de l'article d'Orient-Extrême, Eric Oudelet qui réalise une conclusion très intéressante et peut être clairvoyante, ou qui tout du moins pointe du doigts les points faibles de la promotion de ce marché japonais en Europe :
Citation:

QUELQUES COMMENTAIRES D’APRES TIMM,
PAR ORIENT-EXTRÊME

Nous l’avions écrit au début de la première partie, le panel a fourni de nombreuses analyses, conclusions et suggestions pertinentes. Il faut souhaiter que les professionnels japonais les digèrent et les intègrent dans leurs actions futures. Il était important de rassurer et remotiver l’auditoire, dont les initiatives et les investissements restent soit timorés, soit inexistants… Menacée par la concurrence sud-coréenne qui agace déjà les plus hauts responsables nippons et qui - elle - s’investit et fait tout pour s’afficher aux yeux du monde sur Internet, l’exportation de la J-Music va devoir réagir et s’accélérer. C’est peut-être ce à quoi faisait allusion Sae Cibot en prévenant : "si nous n’arrivons pas à éduquer ce marché pour le faire grandir, il est probable qu’il reporte son intérêt sur autre chose…".

Un détail pas si anodin nous interpelle. Ce séminaire avait pour objectif le développement du marché de la J-Music en Europe. Par définition (enseignée dès la seconde au lycée), le marché est le lieu de rencontre de l’offre et de la demande. Pour optimiser les ventes, il parait logique de répondre aux attentes préexistantes des consommateurs, leur donner ce dont ils ont besoin, ce qu’ils veulent, ce qu’ils réclament. Or, à l’exception de l’évocation du J-Top de Nolife par Sébastien Ruchet, nous constatons que l’exposé a pratiquement écarté la notion de demande pour ne penser qu’à l’offre. Même avec les meilleures stratégies marketing, le public se laissera-t-il convaincre d’acheter tout et n’importe quoi portant l’étiquette made in Japan ? Cela paraît utopiste. Est-il censé d’investir du temps et de l’argent sur des artistes qui n’intéressent personne ? Il ne faut pas se voiler la face : les contrefaçons perdurent principalement à cause de la non-édition/distribution officielle des produits les plus réclamés ! L’apparent manque de considération accordée à la demande suscite l’inquiétude. Espérons qu’il ne s’agisse que d’un oubli stratégique des Français pour gonfler leur catalogue et recueillir les fonds des Japonais crédules… Tout n’est pas perdu, Nolife pense à vous grâce à ses sondages (environ 2.000 participants hebdomadaires d’après les derniers chiffres communiqués à l’antenne). Cela nous amène au point suivant.

Comme le souligne judicieusement Sébastien Ruchet, les Français s’intéressent et sont demandeurs d’artistes et de genres actuellement peu ou pas représentés dans la distribution officielle. Cependant, selon nous, il existe un fossé - pour ne pas dire un abysse - entre les sondages de popularité organisés par Nolife et les réelles attentes du public. Cette opinion s’appuie sur diverses autres opérations annuelles comme les French J-Music Awards, ou les ASIAN Music eXtreme Awards d’Orient-Extrême ; des sondages "ouverts" qui prennent en compte l’ensemble de la production japonaise. Leurs résultats sont très proches et montrent la popularité d’artistes comme ARASHI, KAT-TUN, ayumi hamasaki, Utada Hikaru, YUI, Namie Amuro… qui ne sont absolument pas référencés par Nolife, du fait de son fonctionnement. En se référant au dernier classement de la chaîne, pensez-vous que higedriver, THE BACK HORN, Berryz Kôbô, POLYSICS et Natsuko Aso sont plus populaires et réclamés que les artistes cités plus haut ? Les Japonais doivent-ils se fier à ce J-Top pour désigner les artistes sur qui parier et investir ? Vous aurez par ailleurs deviné que nous fûmes très "étonnés" par la déclaration de Sébastien Ruchet affirmant que Nolife offre aujourd’hui "la seule mesure de la popularité de la musique japonaise en France".



Le dynamisme et l’implication de plusieurs media français (Nolife et d’autres non représentés à ce séminaire) pour promouvoir la musique japonaise apparaît comme un excellent atout publicitaire pour les Japonais. Ils trouvent là des vitrines ainsi que des alliés implantés, dévoués et parfois créatifs pour un coût extrêmement faible, négligeable pour une major. Ce bloc spécialisé est apte à intriguer des media généralistes et à attirer l’attention de professionnels européens a priori désintéressés. Les conséquences éditoriales et les relevés d’opinions exprimées par les consommateurs ne sont pourtant pas si réjouissants et amènent à une réflexion. Le public mature, celui qui incarnait la première grande vague J-Music européenne vers l’an 2000, semble en effet abandonner sa passion. Cela provient en partie d’une perte d’efficacité de l’ensemble de la production japonaise, mais on sent aussi une forme d’écœurement face à l’évolution de la presse spécialisée, qu’elle soit professionnelle ou associative. Les consommateurs adultes ont perdu presque toute confiance envers des media qui s’allient, non plus pour conseiller ET déconseiller des artistes ou des CD, mais simplement pour vendre un maximum de produits J-Music licenciés en Europe. Dans le compte-rendu du séminaire, on parle d’éduquer les clients potentiels… et pourquoi pas de dressage en extrapolant !? Ce n’est pas nouveau, des responsables de labels ou des producteurs écrivent des critiques ou des reportages sur leurs propres artistes, CD ou concerts ; mais la tendance s’intensifie. En s’impliquant encore davantage dans cette "alliance" ou ce processus (à l’image du représentant de Sony Publishing / SYNC MUSIC JAPAN), les professionnels de l’industrie japonaise ne risquent-ils pas de discréditer encore davantage le monde des media français, et de savonner à moyen terme la planche sur laquelle ils tentent de prendre appui pour mieux sauter ? Nous vous laissons répondre à cette épineuse question.

Les deux premières du public japonais, peut-être leurs principales inquiétudes, concernent les contrefaçons et le téléchargement illégal. On ne peut que regretter la position plutôt attentiste des professionnels français qui ont répondu. Japan Expo se dit impuissant pour agir concrètement sur la présence des pirates (le festival n’a peut-être pas le droit de refuser la location d’emplacements aux boutiques identifiées qui écoulent chaque année des contrefaçons) tandis que le représentant de la Fnac pense que la majorité des fans passe facilement à l’acte d’achat pour sa consommation de musique. Hum… Le pourcentage est peut-être plus élevé que la moyenne, mais de là à penser si positivement… De manière générale, face au problème du téléchargement, n’y aurait-il que Hadopi pour sauver la patrie ? Les distributeurs et l’ensemble de l’industrie musicale ne sont-ils pas coupables d’avoir réagi avec un retard monstrueux sur le changement des modes de consommation ?

Terminons ce commentaire en nous attardant sur l’intervention de Naoki Sekine d’Epic, et plus précisément sur le sujet des photos et vidéos lors d’événements publics tels que les concerts. Cela peut paraître anecdotique, mais les enjeux pourraient être bien réels. Actuellement, la Kpop se développe à grande vitesse dans le monde et elle use d’une stratégie diamétralement opposée à celle des Japonais. L’industrie musicale sud-coréenne travaille intensivement sur Internet, avec des moyens importants et une grande qualité artistique, tout en incitant le public à partager le plus possible d’images et de vidéos. Des groupes comme Wonder Girls en tournée américaine demandent à leurs spectateurs de les photographier et de les filmer pour se faire connaître de leur famille, de leurs amis… Et le buzz fonctionne admirablement : les scores YouTube de la Kpop explosent leurs équivalents nippons, la Kpop envahit le marché asiatique (Japon compris), 2NE1 va être produit par will.i.am au niveau international en 2011… Si des artistes japonais ne progressent pas ou évoluent trop lentement après avoir voulu contrôler exagérément leur image, ils ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes. Et cette remarque vaut également dans le cas de la presse française. Les media sont souvent enjoints de faire valider des photos de concerts par les producteurs européens, qui répercutent la pression des Japonais. Naoki Sekine a pourtant annoncé la couleur : "quand on est à Rome, il faut faire comme les Romains". Or, il n’existe aucun droit de regard pour ce genre de photos live en France, c’est une exception française du droit à l’image. Tout personnage public (artiste, sportif, homme politique…) peut être photographié dans le cadre de son activité professionnelle pour un reportage par un media accrédité, sans le moindre droit de regard. Pourquoi monsieur Sekine n’a-t-il pas évoqué le sujet devant ses confrères ? Travaillant depuis des années sur des projets internationaux, il a dû intégrer cette subtilité depuis longtemps (il ne nous a d’ailleurs jamais demandé la moindre validation pour ses propres artistes) et n’a probablement pas pensé à en parler. C’est bien dommage, cela permettrait d’économiser un temps précieux chez de nombreux intervenants !


Comment vont évoluer les marchés culturels japonais et coréens en Europe et dans le monde ?

Il y a-t-il une place pour une coexistence pacifique ou complémentaire entre japonais et coréens ?

Les japonais vont-ils réagir face à cette concurrence coréenne ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
toof
Invité






MessagePosté le: 08 Jan 2011 20:23    Sujet du message: Re: Corée - Japon, la bataille culturelle est lancée

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Citation:
Les coréens ont compris ce que les japonais n'ont pas compris, il est facile de vendre des produits à l'étranger, mais pour exporter sa culture en masse, il faut s'adapter aux particularités de ces marchés étrangers.
La culture n'est pas quelque chose qui doit s'adapter. C'est aux étrangers de s'adapter à la culture d'un pays, d'en comprendre le sens et les motivations, et éventuellement donc, de l'apprécier telle qu'elle est.
Mais adapter la "culture" aux particularités d'un marché, soit on a pas la même définition de la culture, soit tu parles de ces daubes commerciales qui n'ont absolument rien à voir avec la culture d'un pays et dont l'unique but est de vendre pour faire du fric et dont la qualité avoisine celle d'un bout de pq usagé.

D'ailleurs, comme tu le soulignes après et qui contredit ce que tu viens de dire, c'est que le reportage "Un oeil sur la planète" a démontré que Samsung est en train de se positionner comme l'une des plus grosses entreprises du monde parce qu'ils gardent leur identité, qu'ils ont arrêté de s'adapter aux marchés et qu'ils veulent par la spécificité de leurs produits s'imposer et être une marque reconnaissable partout dans le monde.

Citation:
En revanche, oui la musique ou les films japonais s'exportent, mais restent dans des marchés de niche, prêt à les recevoir, mais c'est pas encore demain qu'on aura du Dragon Ash, perfume ou AKB48 sur les radios et les télévisions françaises à forte audience.
Mollo hein, faut arrêter de fantasmer sur la qualité des productions coréennes et japonaises. Bien sûr, on y trouve des perles qui devraient avoir une place bien plus grande dans les rayons DVD voire à la télévision, mais le plus souvent, c'est horriblement surjoué et mal réalisé.
Heureusement ou malheureusement, ce n'est pas avec les perles coréennes ou japonaises que le cinéma asiatique fera son trou en occident, mais en augmentant le niveau général des productions "moyennes".

Citation:
J'ai vraiment l'impression que les japonais sont entrain de se faire damer le pion alors qu'ils bénéficiaient depuis plus de 5 ans un phénomène montant reposant sur le manga, l'animation, la musique et le cinéma.
A mon avis ça remonte à plus loin que 5 ans.

Citation:
Je pense que la diffusion du reportage d'un oeil sur la planète était parfaitement orchestré par les industriels coréens pour préparer le terrain et les esprits à leur plan de développement international.
Selon toi ce reportage faisait partie d'une propagande?

Citation:
Pour finir ce constat sur une note positive, je ne peux m'empêcher de penser que les japonais vont réagir et adopter une stratégie plus ouverte. Si un marché coréen arrive à s'implanter, je pense que cela leur prouvera qu'il est possible de le faire.
Très bisounours ton constat, ça fait des années que le Japon est à la rue pour ce qui concerne le rayonnement économique et culturelle international, les mangas ne sauvent pas tout. S'ils avaient pu et voulu réagir, ils l'auraient fait bien avant.

Citation:
Une première concernant le Tokyo International Music Market qui a rassemblé à Tokyo les principaux acteurs français et japonais du marché de la musique pour faire le point et échanger sur les méthodes pour développer le marché de la musique japonaise en France.
Pour le coup c'est typiquement français ça. Les autres bougent, innovent, créent, nous on discute, on papote, on "échange" MDR
Revenir en haut
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 08 Jan 2011 21:42    Sujet du message: Re: Corée - Japon, la bataille culturelle est lancée

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Citation:
La culture n'est pas quelque chose qui doit s'adapter. C'est aux étrangers de s'adapter à la culture d'un pays, d'en comprendre le sens et les motivations, et éventuellement donc, de l'apprécier telle qu'elle est.
Mais adapter la "culture" aux particularités d'un marché, soit on a pas la même définition de la culture, soit tu parles de ces daubes commerciales qui n'ont absolument rien à voir avec la culture d'un pays et dont l'unique but est de vendre pour faire du fric et dont la qualité avoisine celle d'un bout de pq usagé.


Il existe la "culture" d'un pays, et le marché économique de la vente de produits se rapportant à cette culture. Il y a notion sociétale et économique, je me réfère à la seconde.

Citation:
D'ailleurs, comme tu le soulignes après et qui contredit ce que tu viens de dire, c'est que le reportage "Un oeil sur la planète" a démontré que Samsung est en train de se positionner comme l'une des plus grosses entreprises du monde parce qu'ils gardent leur identité, qu'ils ont arrêté de s'adapter aux marchés et qu'ils veulent par la spécificité de leurs produits s'imposer et être une marque reconnaissable partout dans le monde.


Il était indiqué dans le reportage, et de la bouche d'un producteur coréen travaillant pour la chaîne KBS qu'il est plus difficile d'exporter des biens culturels que d'exporter des produits électroniques et que dans le second cas il faut s'adapter à bien plus de particularités culturelles, et là-dessus il a raison.

Car il s'agit de toucher un public qui n'est pas une niche amateur de culture coréenne mais attirer le plus grand nombre vers des productions coréennes (coréenne mais adapté quand même à certaines spécificités européennes par exemple).


Citation:
Mollo hein, faut arrêter de fantasmer sur la qualité des productions coréennes et japonaises. Bien sûr, on y trouve des perles qui devraient avoir une place bien plus grande dans les rayons DVD voire à la télévision, mais le plus souvent, c'est horriblement surjoué et mal réalisé.
Heureusement ou malheureusement, ce n'est pas avec les perles coréennes ou japonaises que le cinéma asiatique fera son trou en occident, mais en augmentant le niveau général des productions "moyennes".


Là il s'agit de goûts et de couleurs, on peut aimer des productions pour tel ou tel élément ou raison personnelle, indépendamment de la qualité objective de celles-ci.

Citation:
A mon avis ça remonte à plus loin que 5 ans.


Concernant la musique, ou le manga cela fait environ 5 à 6 ans qu'un véritable boum a eu lieu. Cela existait avant, les mangas depuis 20 ans (mais la diffusion était beaucoup plus restreinte) et la musique depuis 2000, mais du fait de l'explosion d'internet à haut débit, les productions sont devenus accessibles très rapidement et les informations ont circulé comme jamais auparavant.

D'ailleurs petite anecdote personnelle, j'ai vu mon premier clip de Jmusic en 2003 lorsque j'ai eu l'accès à l'internet haut débit chez moi, il s'agissait de Evolution d'Ayumi Hamasaki. (je pense que beaucoup de gens ont découvert la musique japonaise comme cela...)

Citation:


Selon toi ce reportage faisait partie d'une propagande?


Pas de la "propagande" au sens stricte, mais d'une part la volonté des journalistes de France télévision de consacrer une émission à la Corée du fait de son actualité économique, et de l'autre, le gouvernement et les entreprises coréennes qui ont imposé leur calendrier à la production pour définir les conditions et les périodes de tournage.

Citation:
Très bisounours ton constat, ça fait des années que le Japon est à la rue pour ce qui concerne le rayonnement économique et culturelle international, les mangas ne sauvent pas tout. S'ils avaient pu et voulu réagir, ils l'auraient fait bien avant.


Le Japon est à la rue ? Crois-tu ?

Je ne crois pas qu'il ait été plus fort auparavant du point de vue culturel, sauf la période post-jeux olympique de Tokyo en 1964.

Citation:
Pour le coup c'est typiquement français ça. Les autres bougent, innovent, créent, nous on discute, on papote, on "échange" MDR


Il est nécessaire d'échanger, surtout lorsque de grands problèmes de confiance, de méthode apparaissent entre français et japonais empêchant la réussite de coopérations et les investissements...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
toof
Invité






MessagePosté le: 09 Jan 2011 00:57    Sujet du message: Re: Corée - Japon, la bataille culturelle est lancée

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Au final, tu parles bien de "production" et non pas de "culture".

Citation:
de la bouche d'un producteur coréen travaillant pour la chaîne KBS qu'il est plus difficile d'exporter des biens culturels que d'exporter des produits électroniques et que dans le second cas il faut s'adapter à bien plus de particularités culturelles, et là-dessus il a raison.
Evidemment, c'est un producteur de télévision, il pense et réfléchit avec des dollars dans les yeux, le respect de l'identité de la culture coréenne, il s'en tamponne.

Citation:
Car il s'agit de toucher un public qui n'est pas une niche amateur de culture coréenne mais attirer le plus grand nombre vers des productions coréennes (coréenne mais adapté quand même à certaines spécificités européennes par exemple).
Traduction : comment attirer le public gogol d'habitude incapable de s'intéresser à autre chose que la soupe sans goût mondialisée qu'on lui sert chaque jour et à laquelle il est tellement habitué qu'il ne veut pas faire d'effort pour découvrir quelque chose de différent et de nouveau.

Citation:
Citation:
Selon toi ce reportage faisait partie d'une propagande?
Pas de la "propagande" au sens stricte, mais d'une part la volonté des journalistes de France télévision de consacrer une émission à la Corée du fait de son actualité économique, et de l'autre, le gouvernement et les entreprises coréennes qui ont imposé leur calendrier à la production pour définir les conditions et les périodes de tournage.
Un reportage se fait TOUJOURS selon les conditions de la personne/entreprise au coeur du sujet.
Tu me parais quand même assez paranoiaque, à t'entendre la date de diffusion du reportage fait partie d'un calcul d'attaque du marché européen par les produits coréen façon invasion...

Citation:
Le Japon est à la rue ? Crois-tu ?
Je ne crois pas qu'il ait été plus fort auparavant du point de vue culturel, sauf la période post-jeux olympique de Tokyo en 1964.
Oui, totalement. La musique, le cinéma, les mangas, le Japon a mis plus de 20 ans pour creuser un petit trou, et en 4-5 ans la Corée s'y est engouffrée et l'a agrandi 10 fois rien pour ses produits. Pour les mangas, le Japon est en train de se faire littéralement torcher, les mangas coréens pullulent et sont pour certains de pures merveilles très novatrices face aux mangas japonais qui peinent à se renouveler.

Citation:
Citation:
Pour le coup c'est typiquement français ça. Les autres bougent, innovent, créent, nous on discute, on papote, on "échange" MDR

Il est nécessaire d'échanger, surtout lorsque de grands problèmes de confiance, de méthode apparaissent entre français et japonais empêchant la réussite de coopérations et les investissements...
T'es dedans alors tu t'en rends pas compte mais va travailler à l'étranger, tu verras quil n'y a qu'en France où on perd du temps en réunion, conseils, conciliabules à outrance. Là où la discussion devrait être un moyen de progresser, en France on en fait une fin en soi. Une réunion, et hop, tout le monde est content, youpi. Pendant ce temps, les autres avancent.
Revenir en haut
Ryozhukai
1ere Dan
1ere Dan


Inscrit le: 29 Déc 2003
Messages: 477
Points: 2406
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 09 Jan 2011 14:20    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Tokyo International Music Market? Tiens, première fois que j'entends ça. J'aurais bien aimé lire le résumé, mais O-E est down. Laughing Laughing

Concernant le "rayonnement" coréen, on verra s'il s'agit d'un phénomène ponctuel, comme ça a plus ou moins toujours été le cas, ou quelque chose de durable que la Corée va savoir exploiter (je veux dire, c'est cycliquement le cas, qu'on cause de la Corée, un temps, puis que ça s'arrête. Là on semble sur une voie différente, je vous l'accorde, mais attendons voir). Si je ne peux qu'admirer ce que fait Samsung, leur vision pour atteindre tous les marchés, leur façon de procéder et la qualité de leurs produits, j'émets quelques réserves quant au succès de l'internationalisation de la "culture" coréenne au sens large (chanteurs, musiques, films, etc.). Si c'est ce dont on parle, car il est difficile de ne pas tout mélanger quand on parle de ce sujet... Chaque domaine méritant une analyse particulière, on pourrait en causer longtemps.


Au sujet du Japon, c'est vrai que la spécificité japonaise est certainement un frein à l'établissement des sociétés japonaises en occident, mais demandez aux Japonais s'ils sont prêts à rejeter leur fameuse "spécificité" culturelle et leurs différences au nom de l'internationalisation, et vous verrez combien vous répondront par la positive. Je suis sûr que les grands patrons de Panasonic, Sony, labels musicaux et autres conglomérats seront les premiers à vous dire "non".

Cela leur sert-il ou leur dessert-il, je vous laisse en débattre.
_________________
Ecole Ciel Bleu : école de langue française à Musashi-Koyama, Shinagawa-ku
http://www.ecolecielbleu.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pierro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 17 Juil 2004
Messages: 410
Points: 3019
Pays, Ville: France, Lyon

MessagePosté le: 09 Jan 2011 14:30    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Ryozhukai a écrit:
Tokyo International Music Market? Tiens, première fois que j'entends ça. J'aurais bien aimé lire le résumé, mais O-E est down. Laughing Laughing

Concernant le "rayonnement" coréen, on verra s'il s'agit d'un phénomène ponctuel, comme ça a plus ou moins toujours été le cas, ou quelque chose de durable que la Corée va savoir exploiter (je veux dire, c'est cycliquement le cas, qu'on cause de la Corée, un temps, puis que ça s'arrête. Là on semble sur une voie différente, je vous l'accorde, mais attendons voir). Si je ne peux qu'admirer ce que fait Samsung, leur vision pour atteindre tous les marchés, leur façon de procéder et la qualité de leurs produits, j'émets quelques réserves quant au succès de l'internationalisation de la "culture" coréenne au sens large (chanteurs, musiques, films, etc.). Si c'est ce dont on parle, car il est difficile de ne pas tout mélanger quand on parle de ce sujet... Chaque domaine méritant une analyse particulière, on pourrait en causer longtemps.


Au sujet du Japon, c'est vrai que la spécificité japonaise est certainement un frein à l'établissement des sociétés japonaises en occident, mais demandez aux Japonais s'ils sont prêts à rejeter leur fameuse "spécificité" culturelle et leurs différences au nom de l'internationalisation, et vous verrez combien vous répondront par la positive. Je suis sûr que les grands patrons de Panasonic, Sony, labels musicaux et autres conglomérats seront les premiers à vous dire "non".

Cela leur sert-il ou leur dessert-il, je vous laisse en débattre.


Si les japonais souhaitent jeter leur spécificité culturelle ? Je pense que non, c'est même une constante de leur Histoire. Ceci dit, ils ont très bien su adapter la culture des autres, la digérer à leur manière.

Après ça, les coréens construisent leur expansion sur beaucoup de méthodes économiques calqué sur le Japon de la haute croissance et au niveau "culturel", en profitant des "graines" semés par le Japon tout en prenant le contrepied et en s'investissant directement sur ces marchés.

Quant à savoir ce que ça va donner ? Le temps nous le dira...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
matsunaga
Ceinture Blanche
Ceinture Blanche


Inscrit le: 24 Sep 2011
Messages: 4
Points: 9
Pays, Ville: Strasbourg

MessagePosté le: 02 Jan 2013 14:20    Sujet du message: Le Japon face à la vague Coréenne est-il encore à la mode ?

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Bonjour, je lance ce topic parce que j'ai l'impression que depuis quelques années le Japon décline dans l'industrie du divertissement et des produits culturels. Ce déclin se ressent aussi dans le domaine économique.

L'archipel est devenu une superpuissance culturelle dans les années 1990, une situation qui n'est pas assurée de perdurer.
On connait tous le succès des mangas et des films d'animation, celui des cartes Pokémon, des sushis, des jeux vidéos ''made in Japan'' ou de la J.POP et de la culture Otaku. La force culturelle du Japon se fait ressentir en France chaque année, avec la Japan expo qui attire des centaines de milliers de personnes. Toutefois, la culture pop Coréenne, avec ses boys band et ses séries télévisées, connaît un succès croissant dans le pays et dans le reste de l'Asie. Cette émergence fulgurante fait de l'ombre au Japon.
La culture Coréenne y compris en Occident s'impose de plus en plus. Le chanteur Psy qui chante en Coréen avec son ''Gangnam Style'' vient de dépasser le milliard de vue sur Youtube et sa chanson a été numéro 1 dans plus de quarante pays. Idem pour d'autres groupes Coréens, comme les ''girls générations'' ou les ''Super Juniors'' qui vendent des millions de disques dans le monde.

Les dramas Coréens font des records d'audience dans toute l'Asie, à Taiwan, Singapour, Malaisie, Vietnam, H.K. et même en Iran.
Alors qu'au même moment, les dramas Japonais peinent à sortir des frontières du Japon. Le Japon lui même à succomber à la culture Coréenne. Les chaines de TV Japonaises n'hésitent plus à acheter des dramas et séries Coréennes qui connaissent un succès toujours plus grandissant. La petite Corée du Sud et ses 50 millions d'habitants à dépassé le Japon en terme d'exportation de produits culturels. La Kpop semble prendre le dessus sur la Jpop y compris en France.

Ce n'est pas tout, le Japon voit son influence politique s'affaiblir considérablement en Asie et il apparaît comme une puissance en déclin
Pire le Japon géant économique, deuxième puissance financière de la planète de 1968 à 2010 vient d'être dépasser par la Chine qui semble de plus en plus hégémonique dans la région.

En ce qui concerne le Japon High Tech, les entreprises Sud Coréennes comme Samsung et LG n'ont rien à envier à leurs rivales Japonaises Sony, Panasonic et autres Toshiba.
Samsung est le premier constructeur de Smarthphone devant Apple et les entreprises Japonaises sont loin derrières sur ce marché très rentable.
Si les entreprises Japonaises de l'automobile jouissent toujours d'une bonne image, les constructeurs Sud Coréens comme Hyundai et Kia grignotent des parts de marchés aux détriments des constructeurs Japonais.
Alors que le Japon est plongé dans une nouvelle récession économique (la 3ème en 15ans) la Corée du Sud vient de dépasser en terme de PIB l'Espagne et sa croissance économique est bien plus importante que celle de son voisin qui est l'un des pays les plus endettés du monde.

Je ne sais pas si vous partagez le même avis que moi, mais j'ai l'impression que la petite Corée prend sa revanche sur son ancien occupant le Japon. L'ancien Président Sud Coréen Lee Myung-Bak qui a quitté le pouvoir en 2012, a dit que pour restaurer encore plus sa fierté nationale, la Corée devra dépasser économiquement le Japon qui reste un rival économique et culturel.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
rototo
Modérateur


Inscrit le: 01 Mai 2007
Messages: 1046
Points: 6205
Pays, Ville: Toulouse

MessagePosté le: 02 Jan 2013 14:48    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

<Modération :
matsunaga, je me permets de fusionner les 2 fils qui ont une thématique assez similaire. >


matsunaga a écrit:
Le chanteur Psy qui chante en Coréen avec son ''Gangnam Style'' vient de dépasser le milliard de vue sur Youtube et sa chanson a été numéro 1 dans plus de quarante pays. Idem pour d'autres groupes Coréens, comme les ''girls générations'' ou les ''Super Juniors'' qui vendent des millions de disques dans le monde.

Je pense que le succès de Psy est une parenthèse. Un second degré kitsh qui amuse, une chorégraphie originale et un refrain qui reste en tête ... mais de là à être la tête de proue d'une future vague musicale coréenne, je ne crois pas.
Il n'y a pas de style musical très novateur (une nième soupe musical variet) et la langue coréenne n'est pas forcément vendeuse.
En son temps, le groupe allemand Tokio Hotel avait réussi à convertir une génération de groupies en fleur à la langue de Goete mais la mode est déjà passée.
La langue anglaise est toujours une valeur sûre pour un artiste musical qui veut s'imposer mondialement. Certains boys bands coréens exploitent cette voie mais la boys band mania est loin d'être universelle et pérenne.

matsunaga a écrit:
Les dramas Coréens font des records d'audience dans toute l'Asie, à Taiwan, Singapour, Malaisie, Vietnam, H.K. et même en Iran.

Pour les dramas, comme pour le cinéma, si les acheteurs étrangers font un effort et prennent quelques risques, je suis d'accord que la production coréenne a moyen de percer.
Déjà de nombreux films et réalisateurs coréens sont mondialement reconnus et je pense que les kdramas peuvent s'appuyer sur ce fait pour s'exporter.
Ces derniers sont aussi bien plus accessibles culturellement (et traduisibles) que les productions japonaises qui, avec leurs références, s'adresseront plus à un faible public d'initiés.

matsunaga a écrit:
Ce n'est pas tout, le Japon voit son influence politique s'affaiblir considérablement en Asie et il apparaît comme une puissance en déclin
Pire le Japon géant économique, deuxième puissance financière de la planète de 1968 à 2010 vient d'être dépasser par la Chine qui semble de plus en plus hégémonique dans la région.

Oui le Japon s'affaiblit politiquement mais en faveur de la Chine, ce qui n'est pas forcément au bénéfice de la Corée.

matsunaga a écrit:
En ce qui concerne le Japon High Tech, les entreprises Sud Coréennes comme Samsung et LG n'ont rien à envier à leurs rivales Japonaises Sony, Panasonic et autres Toshiba.

Pour ma part, je mettrais ces produits dans 2 catégories : pour grand public et pour public averti / haut de gamme.
Il est certain que la Corée a envahi les étalages "hi tech" avec bons nombres de produits dans tous les domaines comme l'avait fait d'ailleurs le Japon en son temps.
Alors, commercialement, les produits coréens ont le vent en poupe.
En terme de "mode", je serais plus réservé et pas vraiment d'accord.
Dans bon nombre de domaine, tu entendras de la bouche des amateurs éclairés que les produits japonais sont supérieurs aux coréens.
En terme d'images, les téléviseurs haut de gamme Panasonic, Sharp ou Pioneer dament le pion à Samsung.
En Hi-Fi/Home cinema, un connaisseur ne prendra jamais du LG mais du Denon, Marantz ou Onkyo et saura même différencier le son d'un ampli "made in Japan" du même modèle qui aurait été assemblé en Chine.
Dans un autre domaine, j'ai récemment fait venir un installateur de climatisation qui ne jure que par Daikin voire Mitsubishi. Les modèles Samsung, il laisse ça "aux gogos qui s'équipent en grande surface" (sic).

Après, je ne doute pas que la Corée du Sud puisse atteindre les mêmes standards de qualité que le Japon et s'appuyer sur cela pour toucher une clientèle de connaisseurs.
Mais il va falloir faire vite car la Chine arrive à grands pas avec ses produits grands public et abordables (ZTE, Huawei ...).

Et puis j'ai un doute sur une mode coréenne globale. Je pense à certains domaines, comme la cuisine, qui auront du mal à être aussi originaux que leurs homologues japonais.
Le fait que le Japon soit un archipel, donc plus isolé, joue pour beaucoup dans la préservation de certains aspects culturels qui peuvent passionner et fasciner certaines personnes.
J'ai pu visiter la Corée du Sud et je n'ai pas senti ce choc culturel qui m'avait marqué au Japon. L'environnement global et le comportement des gens est assez semblable à certaines grandes villes d'Asie (Shanghaï, Hong Kong). Ils se nourrissent beaucoup des influences occidentales quitte à perdre une part de leur âme et à ne plus susciter la curiosité du public étranger.

Enfin, je ne serai pas mécontent à la disparition de certains effets de mode concernant le Japon.
Les restos à sushis ouverts à tour de bras par des vietnamiens ou des cambodgiens qui flairent le bon business et servent des produits indignes m’horripilent.
_________________
L'abus de modération est dangereux pour la santé. A consommer avec alcool !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Skully the Fake
Ceinture Blanche
Ceinture Blanche


Inscrit le: 29 Déc 2012
Messages: 4
Points: 0

MessagePosté le: 02 Jan 2013 16:37    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Citation:
Les restos à sushis ouverts à tour de bras par des vietnamiens ou des cambodgiens qui flairent le bon business et servent des produits indignes m’horripilent.

Moi de même >.<


Pour ce qui est de Psy...
Une chorégraphie bidon, un guignol aidé par un canon de la mode eun refrain qui prend bien la tête = succès garantis.
Je trouve ça totalement stupide, comme les paroles de la chanson d'ailleurs.

Pour ma part, la Corée n'a aucune place dans mon coeur ^^
Japan power <3
_________________
Parfois, on aurait besoin qu'une de nos rêve se réalise.
Juste un, pour nous prouver que tout est encore possible.
T.T
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
eve
Modérateur


Inscrit le: 20 Sep 2003
Messages: 2435
Points: 26642
Pays, Ville: Tokyo

MessagePosté le: 02 Jan 2013 16:45    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Je pense qu'il faut distinguer "marcher en Asie" et "marcher dans le monde entier".
La subculture coréenne est encore loin de talonner la japonaise en matière de vente et de rayonnement.

Citation:
La culture Coréenne y compris en Occident s'impose de plus en plus. Le chanteur Psy qui chante en Coréen avec son ''Gangnam Style'' vient de dépasser le milliard de vue sur Youtube et sa chanson a été numéro 1 dans plus de quarante pays. Idem pour d'autres groupes Coréens, comme les ''girls générations'' ou les ''Super Juniors'' qui vendent des millions de disques dans le monde.

Citation:
Les dramas Coréens font des records d'audience dans toute l'Asie, à Taiwan, Singapour, Malaisie, Vietnam, H.K. et même en Iran.
Alors qu'au même moment, les dramas Japonais peinent à sortir des frontières du Japon. Le Japon lui même à succomber à la culture Coréenne. Les chaines de TV Japonaises n'hésitent plus à acheter des dramas et séries Coréennes qui connaissent un succès toujours plus grandissant. La petite Corée du Sud et ses 50 millions d'habitants à dépassé le Japon en terme d'exportation de produits culturels.

C'est vrai que les séries coréennes marchent au Japon, mais ça reste une niche.
La phrase en gras me semble très exagérée. Compare les ventes mondiales de BD, romans, films, dessins animés, et musique japonais et coréens au niveau mondial... je ne suis pas sûre que la Corée gagne dans beaucoup de catégories. De même les produits autres que l'électronique (mode, cuisine etc)...
Il y a quoi comme produit culturel coréen, hormis Gangnam Style, qui a été un grand succès hors Asie ces dernières années ?


Citation:
La Kpop semble prendre le dessus sur la Jpop y compris en France.

Le tube de Psy est quand même un phénomène ponctuel.
Les chanteurs coréens ont certes percé au Japon, mais vendent-ils vraiment hors Asie ?
J'ai du mal à croire que la kpop soit devenue plus populaire que la jpop en France... et même ailleurs. D'ailleurs la musique coréenne est quand même pas facilement exportable en masse en Europe, point de vue style et culturel (les boys band, les mélodies, les clips...).

Je suis d'accord que la Corée du Sud connaît un essor marqué y compris sur le front industriel et culturel, mais je pense qu'on peut difficilement dire qu'elle a dépassé le Japon, surtout sur la culture. Ca arrivera peut-être un jour, mais on en est encore loin.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Cultures Populaires Japonaises Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB 2.0.16 © 2001, 2002 phpBB Group (Traduction par : phpBB-fr.com)