Forum Japon

 

[ S'enregistrer ]   [ Rechercher ]    [ Liste des Membres ]    [ Groupes d'utilisateurs ]   [ FAQ ]  
[ Connexion ]   [ Mes messages privés ]   [ Profil ]
Osaka - deux violeurs en serie arretes. Il en resterait 30 en liberte...

Recherche Rapide :

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Faits de Société
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
sanji
5eme Dan
5eme Dan


Inscrit le: 17 Juin 2004
Messages: 826
Points: 14614

MessagePosté le: 22 Juil 2004 02:07    Sujet du message: Osaka - deux violeurs en serie arretes. Il en resterait 30 en liberte...

 Note du Post : 4.25   Nombre d'avis : 4
Répondre en citant

En plus d'etre vraiment un peu glauque, ce post va etre long... Wink
Voici tout d'abord deux articles de presse recents. En anglais.

Pour ceux qui n'ont pas envie de lire, un court resume :

premier article: un homme de 36 ans a ete arrete, suspecte de plus de 100 viols dans la region d'Osaka sur un periode de 3 ans.
second article: un homme de 43 a ete arrete, suspecte de 6 viols dans le meme immeuble dans le centre d'Osaka, sur 2 ans.


Citation:
Savage 'rapeman' trapped in sadistic corner

By Ryann Connell
Staff Writer
July 13, 2004

A penchant for perversion proved to be the clincher in the arrest of a fiend who claims to have raped over 100 young women in and around Osaka over the past three years, according to Shukan Shincho (7/1).

Hidenobu Kuwada was viewed as one of the brightest upper echelon prospects at Kashima Corp., a general contractor best known for its huge building projects centered on the Kansai area.

At 36, Kuwada had already entered the company's middle-management ranks and the married father of a 3-year-old boy was penciled in for bigger things as one of the company's rising elite.

Despite being in the construction business, Kuwada wasn't the type to get his hands dirty at work. Instead, he barked out orders carried out by sub-contractors.

His work was hardly physically demanding. But, that was only his day job. At nights, Kuwada, police say, turned into a rapist, burning off all the energy he had built up during the day.

"From about May three years ago, we started to receive an inordinately large number of reports of rapes of young women in the northern part of Osaka. Most of the victims were women from their teens to 30s, living alone in one-room apartments in condominiums with security locks at the main entrance," an investigation source tells Shukan Shincho. "The rapist would break into some apartments while wearing pantyhose over his head. But he would gradually remove his garments and was usually naked by the time he had finished. Most of the time, he subjected his victims to ordeals lasting around four hours. Kuwada's fingerprints were found all over the place and one security camera captured him on film."

Despite all the evidence, it took some time for Kuwada, who had never previously given authorities an inkling of trouble, to fall under suspicion.

Over 70 women in northern Osaka reported being raped during the three-year period, nearly all attacked in identical fashion.

Until recently, police were no closer to catching the elusive rapist than they had been since he first struck. It was then that investigators finally got a break, courtesy, it seems, of Kuwada's proclivity for a bit of rough stuff in the sack.

"In about the middle of May, this cop came around to us with a few photos of this guy and asked if anybody had seen him hanging around Juso," a brothel bouncer tells Shukan Shincho.

Juso is a red-light district in northern Osaka known for its plethora of sex business catering to all manner of tastes imaginable. Detectives approached brothels in connection with the rape of a sex worker living in Juso, but also had their eyes on the district's S&M bars. It didn't take long before they turned that eye in Kuwada's direction.

"Kuwada was no ordinary rapist. He usually tied up his victims, and sometimes, he forced vibrators or vegetables into their private parts. There were even times when Kuwada forced his victims to drink his urine. He was a perverted sadist," the police investigation source says. "Juso is located right in the center of the region where the rapes were occurring. We thought that anybody with sadistic sexual tendencies would eventually end up in one of Juso's S&M clubs."

On the night of June 19, Kuwada turned up at just such a joint, paying for 50 minutes of bondage and domination. Little did he know, however, employees had already contacted the police to alert them of his presence. While Kuwada was engaged in sadistic sex acts, officers stormed in and arrested him.

"Kuwada's fingerprints match those found at crime scenes and DNA tests showed Kuwada produced the semen found in the attacks," the police source tells Shukan Shincho. "Kuwada initially denied the allegations, but a raid on his home turned up a 'Rape Record,' in which he had detailed sex attacks on over 100 women. He finally admitted it, saying that he was forced into rape because his wife had refused to have sex with him."


et

Citation:
Terrorizing trucker puts rape engine in overdrive

By Ryann Connell
Staff Writer
July 17, 2004

A posh central Osaka apartment block inhabited almost entirely by women seeking the safety it was supposed to have provided them was turned into a hall of horror thanks to a monstrous suburban Osaka truck driver, according to Shukan Jitsuwa (7/29).
Hideo Tada, the 43-year-old trucker, stands accused of raping six women at different times, all of whom lived in the same apartment in Chuo-ku that was supposed to provide them with security.

"Tada was an absolute demon. Nearly every one of his victims had been bound and gagged. Sometimes, he even used an electric vibrator, then took photos as proof of his vile work," an Osaka cop insider tells Shukan Jitsuwa.

An Osaka real estate agent is shocked at how Tada could have worked without detection for so long in such an area.

"The apartment block is right in the center of the city. Rent is a little bit higher than other places, but the area is really safe. There are a lot of these one-room apartment condos going up now to get people living in the center of cities again," the realtor says. "We get some fairly wealthy young women looking for places and the apartment block (where the alleged rapes occurred) is a place we always tell people is the safest part of Osaka."

Tada has apparently told the police he lurked around the apartment block throughout the night on at least 50 occasions over the past two years, raping six women in the same time frame. The apartment block had a security lock, but Tada apparently gained entry by climbing from the emergency exit stairs on the adjacent building.

"He'd find a woman he was after and watch her use a mailbox in the community mailbox area to find out the number of her room. He'd later follow the woman up to her home and pounce on her from behind the minute she opened the door," a reporter on the Osaka police beat says.

Another five rapes have occurred in condos near the hall of horror. Tada is the prime suspect and there's more than just his confession to point the finger toward him.

"Actually, he was convicted on five counts of rape 12 years ago and served nine years in prison," the investigation insider tells Shukan Jitsuwa.

Tada lived in the Osaka Prefecture city of Habikino with his wife and their three children. His spouse apparently stuck by him through his first conviction, but now neighbors are whispering that she is furiously talking about divorce. Tada has showed little concern for her feelings and less for his alleged victims.

"He hasn't uttered a single word of apology for his victims or relatives, even after his arrest" the insider says.

Osaka police are worried that Tada and other more high profile rape cases in the city are becoming a trend.

"Rape used to be something committed largely by sexually frustrated men who couldn't afford to use brothels, but a lot of the rape arrests made in Osaka recently have been of guys like Tada who say they've done it like a game 'for a bit of excitement.' The Game Generation of people in their 20s to 40s are the guys who see rape as a bit of fun. I've been involved in the arrests of members of a high school rape club whose male members used to violate girls just for the fun of it," an Osaka Prefectural Police officer tells Shukan Jitsuwa.

"There's not really a lot we can do to stop cases like this. And the only preventative step we can really take is to urge women, especially vulnerable women who live alone, to be on their guard. We have confirmed there are 30 serial rapists active in Osaka and surrounding areas. We don't want women to think rape is only something that happens to others, but a vile act that they could fall victim to at any time."



Il y a une question qui ne me quitte pas l'esprit... en Suisse, quand l'existence d'un violeur en serie est averee - facile avec le materiel genetique - il y a tout de meme des appels a la vigilance qui sont lances, et surtout dans un cas pareils - on parle de 100 viols averes, quand meme - des recherches intensives effectuees... Comment un criminel peut sevir aussi longuement??

Dans le second article, un officier de police dit qu'il y a 30 violeurs en serie qui sont actifs a Osaka et dans les environs. Cela est absolument enorme! Comme l'un des violeurs avait deja fait 9 ans de prison pour... 5 viols, comment est-ce possible qu'il n'ait pas ete interroge avant???

Pourtant, ces dernieres semaines, je n'ai rien entendu a la television sur ces arrestations. N'est-ce donc pas important?

Et finalement, cette citation d'un officier :
Citation:
"Rape used to be something committed largely by sexually frustrated men who couldn't afford to use brothels"

C'est contre tout ce que j'ai entendu sur le viol, qui est une affaire de pouvoir plutot que d'attraction sexuelle! La maniere dont cela est dit, on dirait presque que c'est quelque chose qui sans etre acceptable, est au moins comprehensible.

Personnellement, je trouve des deux histoires assez revelatrices d'un cote plutot sombre du Japon.

sanji
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Michael_Voyageur
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 21 Sep 2003
Messages: 2581
Points: 47673
Pays, Ville: Paris, France - Tokyo, Japan

MessagePosté le: 22 Juil 2004 02:19    Sujet du message: Attention sujet sensible !

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

*** Message de modération ***

Tu as bien posé le sujet Sanji, je pense qu'il y a effectivement matière à débat... à condition d' en discuter avec mesure et maturité . (Il faudrait notamment comparer avec des pays qui nous sont plus proches pour comprendre s'il y a vraiment une spécificité japonaise en la matière et quelle spécificité)

Cependant je tiens à prévenir, à la manière de Flo, que ce sujet est un sujet très sensible qui peut très facilement dégénerer en généralités erronées ou invalides; alors j'invite tous les participants qui réagiront ici à la plus grande prudence et à la plus grande mesure dans leurs propos.

Aux moindres dérives ou propos déplacés, abusifs, immodérés (etc) l'équipe modératrice sera obligée de vérouiller le topic.

Merci d'avance de votre compréhension... m(_ _)m

_________________
Michael_Voyageur

Live as if you were to die tomorrow
Learn as if you were to live forever...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger
Alessandro
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 22 Juin 2004
Messages: 66
Points: 4013
Pays, Ville: Japon, Kanagawa-ken

MessagePosté le: 23 Juil 2004 06:48    Sujet du message:

 Note du Post : 4.8   Nombre d'avis : 5
Répondre en citant

Difficile de s’exprimer sur ce sujet, alors en premier un article de CBS qui traite du sujet suite au scandale du groupe Super Free, l’original ici http://www.cbsnews.com/stories/2003/09/02/world/main571280.shtml et ma traduction ici :

Citation:
Le professeur Tamie Kaino (Université d’Ochanomizu, expert pour les crimes sexuels) ‘Pour certains hommes, le viol est plus considéré comme une fantaisie que comme un réel crime.’

Il y a eu une montée des crimes sexuelles ces récentes années, avec les cas de viols augmentant de 40% à 2228 en 2001 par rapport aux 1600 cas quatre ans auparavant (d’après la National Police Agency). Les cas de molestage et d’obscénité ont triplé depuis 10 ans pour atteindre 9326 cas.

L’augmentation est en partie due à une inclination des femmes à reporter les attaques à la police.

Mais d’après Shoichi Kodama (détective à la National Police Agency), la plupart des femmes victimes au Japon reste silencieuses. Souvent elles sont accusées d’avoir causé le trouble, plus spécialement en été quand elle s’habillent avec des habits légers. Et les violeurs photographient parfois leurs actes et menacent de publier les images si la victime cherche de l’aide.

Durant un débat parlementaire, Seiichi Ota, 57 ans membre du cabinet ministérielle, eu un fou rire et dit en boutade ‘Au moins les violeurs du gang (se rapporte au cas Super Free) sont toujours vigoureux. N’est-ce pas au moins plus près de la normale?’

Quelques jours plus tard, un magazine hebdomadaire rapporte que Yasuo Fukuda, porte-parole du chef de cabinet, a dit à des reporters dans une briefing informel que les femmes étaient partiellement à blâmer dans le cas du gang violeur.
Fukuda qui est aussi le ministre pour l’égalité des genres, a aussi été surpris à dire ‘Le problème est qu’il y a beaucoup de femmes habillées de façon provocante’. A ce sujet, il a dit que ces propos ont été pris hors contexte et qu’il a voulu dire quelque chose de complètement différent mais n’a pas étayé son discours.

Yoko Yoshida, un membre du Tokyo Rape Crisis Center, dit qu’une attitude sous-entendue est encrée dans la culture populaire qui décrit souvent le viol comme un acte passionné, non violent, et que les femmes qui résistent n’en ont pas vraiment l’intention.

Ces mythes sont perpétués par la culture pop underground dans laquelle le viol est un genre commun.

Les vidéos ayant comme thème le viol représentent environ le cinquième de l’offre pornographique dans les magasins de location de vidéo, avec des titres comme : Idol Rape Crime File, qui est classé dans le top cinq des ventes de vidéos (semaine du 27 Juin, date de l’article). Les mangas et jeux vidéo dépeignent souvent des viols fantaisistes où des jeunes filles, nurses ou femmes au foyer se soumettent volontairement à des assauts sexuels de la part des membres de la famille, voisins ou même de policiers. Un étudiant de 17 ans a été arrêté en Juin pour avoir violé quelque 31 femmes et a expliqué aux policiers qu’il essayait de reproduire des scènes qu’il avait vues dans des journaux ou magasines érotiques.

Yoshida rajoute ‘J’ai peur que certains hommes pensent que le viol est pardonnable et que parfois quand quelque se produit, les femmes - les victimes – portent le blâme. Les choses changent lentement, la police montre plus des sensibilité envers les victimes de viol.’


Avant de parler du rapport de cet article avec les questions que se posent Sanji, je voudrai préciser quelques points.
Je n’attaque en rien la société japonaise ou les Japonais, ma seule motivation, qui fut une des raisons de ma venue au Japon, est de comprendre une société différente de celle d’où je suis originaire, d’apporter des explications à des faits qui se produisent même si celles-ci seront de toute façon toujours empreintes de ma propre culture.

Bon voilà, après avoir lu cet article on peut se poser quelques questions et j’espère apporter quelques éléments de réponses à Sanji :

Un point qui est essentiel pour moi est la gravité que la société porte à un acte criminel. Plus un acte sera considéré comme grave, plus celui-ci sera combattu et plus les peines encourues seront lourdes en général. Il semblerait que le viol ne soit pas encore au Japon considéré comme un acte gravissime (cette phrase n’engage que moi, mais je trouve qu’un viol est un acte impardonnable et que la société doit combattre activement les personnes qui le commettent). En suivant ce raisonnement, il est clair que pour un état, les forces de l’ordre n’étant pas extensibles à l’infini, il faut se mettre des priorités. Donc j’y viens Sanji, dans les cas d’Osaka, ce qui serait vraiment intéressant de savoir et le nombre de policiers qui s’occupent de ce genre d’affaires. Il est clair que si seulement quelques personnes sont responsables de tout les cas de viols, on ne peut pas s’attendre à des résultats miraculeux, toute enquête demande du temps et des personnes.

Un autre point, il semblerait qu’il existe toujours un grand pourcentage de femmes restant silencieuses après un viol même si ce fait tant à diminuer. Et l'on peut dire que si il n’y a pas de plainte déposée, il n’y aura pas d’enquête. Donc dans le premier article cité, sur les 100 victimes, combien sont allées voir la police avant l’arrestation du coupable.

Dans les deux articles que tu as cités, les policiers dénotent une augmentation des cas de viols dans la région d’Osaka. La question que je me pose ici est pour le cas particulier de viols dans le même bâtiment, encore une fois, combien de cas ont-ils été dénoncés à la police avant l’arrestation du coupable. Si les cas rapportés n’ont pas de rapports entre eux (plus de 30 violeurs en série dans la région d’Osaka), cela signifie autant d’enquêtes à effectuer et l’on arrive au début de ma réflexion sur la gravité.

Ici une question que je me pose, je sais qu’il existe des fichiers spéciaux chez les polices européennes pour les personnes ayant commis des actes à caractère sexuelle et à chaque nouvelle enquête, une comparaison est possible. Existe-t-il de tels fichiers au Japon, je n’en sais rien pour ma part.

Voilà, malgré que le sujet soit difficile, j’espère que d’autres personnes apporteront leurs avis.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Petit dragon
Ceinture Marron
Ceinture Marron


Inscrit le: 07 Juin 2004
Messages: 103
Points: 1574
Pays, Ville: Saint Tropez

MessagePosté le: 23 Juil 2004 09:00    Sujet du message:

 Note du Post : 3   Nombre d'avis : 3
Répondre en citant

Brûlant sujet que celui-là...

Je pense personnelement que les deux articles pointent du doigt un problème d'ordre social qui peut expliquer un tel comportement : l'industrie du sexe.

Il est évident que les programmes télévisés, les films et les lectures que les humains peuvent avoir au cours de leur adolescence vont avoir tendance à influencer aussi bien leurs perspectives que leurs actes, et cela quelque soit le point abordé, du racisme au sexe en passant par toutes les idées politiques, économiques et culturelles que l'on veut.

Si, heureusement, une bonne partie de la population arrive à séparer le monde immaginaire du quotidien de la réalité, certains ont beaucoup plus de mal à accepter cet écart (doux euphémisme que voilà).

Ainsi on se retrouve donc, dans les cas décrit, avec exactement le même phénomène que celui qui entraîne des gamins ayant vu "Battle royale" à s'étriper.

Le problème c'est que dans ce cas là les violeurs sont sensés avoir un âge où ils peuvent faire la part des choses, du "bien" et du "mal", ce qui n'est pas toujours le cas des gamins de primaire !

Et bien sûr avec environ 1/5ème des films porno qui tournent avec pour sujet le viol, il est clair que cela tend à laisser croire qu'il s'agit ici d'un acte "banal".

Enfin ceci reste mon opinion personnelle et en aucun cas une excuse pour cet acte qui me semble être le plus vil que l'homme soit capable de commettre.
_________________
Il ne faut jamais menacer si l'on n'est pas capable de frapper. N. De Machiavel
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Pav_Bxl
3eme Dan
3eme Dan


Inscrit le: 20 Mai 2004
Messages: 989
Points: 5238
Pays, Ville: Hiratsuka

MessagePosté le: 23 Juil 2004 09:50    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Hmm je pense qu'on a déjà abordé dans ce poste http://www.forumjapon.com/forum/viewtopic.php?t=3940 le rapport de la violence et du monde télévisuel ou cinématographique. En effet pour ma part je pense qu'il y a un certain rapport quand il s'agit d'enfant qui ne sont pas encore en âge de bien faire la part entre le bien et le mal. Maintenant quand il s'agit de violeurs, qui plus est de violeurs en série, je pense que l'insutrie du porno n'a pas grand'chose à voir. Ces gens ont quelque chose de pourri à la base. Peut-être que la vision d'un film porno avec une scène de viol pourrait servir de déclencheur mais là je demanderais à des gens plus versés en psychologie de nous donner des preuves (Danscot, si tu m'entends Wink ).
Ces gens sont des malades qu'il faut arrêter et soigner.
_________________
Roban vs Pav : le Pepsi "Schizo" ... Tu m'etonnes qu'il a un gout chimique, c'est bourre de medoc contre les problemes mentaux
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Epohrolias
3eme Dan
3eme Dan


Inscrit le: 30 Sep 2003
Messages: 296
Points: 6263

MessagePosté le: 23 Juil 2004 11:36    Sujet du message:

 Note du Post : 3   Nombre d'avis : 5
Répondre en citant

Au Canada et aux États-Unis, le viol est loin d'être banalisé. On en parle sans cesse sous un oeil négatif dans les médias. Il est difficile de ne pas ouvrir la télé et de ne pas entendre parler de quelque crime sexuel que ce soit d'ailleurs à la télévision. Plus que le meurtre et la guerre même, les crimes sexuels semblent faire vendre les journaux et répugner un maximum de gens. Et pourtant, le nombre de gens faisant ces crimes est loin d'être, ici, plus bas qu'au Japon, et le nombre de gens dénonçant par rapport au nombre de gens gardant secret ces crimes est, ici, aussi faible... Pourtant, contrairement au Japon où on pointe du doigt comme cause la "banalisation" du viol, ici personne (et fort heureusement!) n'a pas pensé de pointer comme cause la "surmédiatisation" ou une "stigmatisation" (sic) des crimes sexuels...

Au Japon, je ne crois pas que ces crimes soient en augmentation (ni en diminution malheureusement). C'est la dénonciation qui est en hausse et cela, permi une "merde" de nouvelles, c'est quand même une bonne nouvelle... C'est justement quand on dénonce plus souvent que le crime a moins de chance de se produire, car même si un crime est puni par la pire peine du monde, si personne ne dénonce, la peine perdra toute sa dissuasion. Cependant, si on dénonce beaucoup plus fréquemment, même une peine moins grave a bien plus d'effet... Les gens se trompent quand ils pensent que ce sont les peines qui incitent les gens de se "reternir", c'est plutôt le risque de se faire prendre...

Pas très malin d'apprendre aux violeurs qu'ils n'ont qu'une MINCE chance de se faire prendre par contre... -_- Aussi bien leur donner le FEU VERT! Evil or Very Mad
_________________
Quand le nombre devient unité, que devient l`unité?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
sanji
5eme Dan
5eme Dan


Inscrit le: 17 Juin 2004
Messages: 826
Points: 14614

MessagePosté le: 01 Oct 2004 06:54    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Un verdict vient d'etre rendu dans une affaire de viol en serie a Osaka. Le coupable a ete condamne a 14 ans de prison, ce qui parait bien plus que les peines qui etaient donnees jusqu'a la. On avait parle ci-dessus du probleme des faibles peines, tout sauf dissuasives, il faut croire que les mentalites changent. Et c'est bien ainsi...

Citation:
OSAKA — The Osaka District Court on Friday sentenced Naoto Nakajima, 34, who raped three women and sexually assaulted two others to 14 years in prison. "The acts were to satisfy sexual desire, and that is very vicious and self-centered," Judge Munehisa Sugita said in handing down the sentence.

Between December 2003 and March this year in Osaka, Nakajima attacked five women from behind and threatened to stab them if they made a fuss, according to the ruling. Nakajima raped three of the women and stole 40,000 yen in cash and valuables. He sexually assaulted the other two, the court ruled. (Kyodo News)

source : JapanToday


sanji
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
fandujapon
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 22 Aoû 2004
Messages: 100
Points: 3066
Pays, Ville: FRANCE/SAVOIE, JAPON/SAWARA

MessagePosté le: 01 Oct 2004 10:39    Sujet du message:

 Note du Post : 4   Nombre d'avis : 1
Répondre en citant

Moi pour ma part comme l'on dit certains "posteurs" au dessus je pense aussi que l'on assiste au Japon a une certaine prise de conscience de la gravité des "viols".
Et par là même, on voit une "dénonciation" qui augmente, et si je puis dire HEUREUSEMENT...

Citation:
....Les gens se trompent quand ils pensent que ce sont les peines qui incitent les gens de se "reternir", c'est plutôt le risque de se faire prendre....


je partage tout à fait l'avis d'épo, sur ce point de vue

Citation:
....Et bien sûr avec environ 1/5ème des films porno qui tournent avec pour sujet le viol, il est clair que cela tend à laisser croire qu'il s'agit ici d'un acte "banal"....

il est clair par ailleurs comme la dit petit dragon que les "films pornos" japonais, on pour objet assez souvent le viol. Ainsi ils font passer cet acte comme "naturel". Mais même cela n'est pas une escuse (pour moi), vis à vis de cet acte.
Mais il est clair qu'il faut tenir compte de ce fait.

Citation:
Comment un criminel peut sevir aussi longuement??



Comme la signalé Alessandro, il est clair que cela dépend de l'importance que l'on donne à ce méfaits, et savoir si la police Japonaise ne donne pas la priorité à des affaires plus importante à ses yeux....
Et part là même, le nombre d'inspecteurs qui seront mis sur ce genre d'affaire......


sanji:
Citation:

Cela est absolument enorme! Comme l'un des violeurs avait deja fait 9 ans de prison pour... 5 viols, comment est-ce possible qu'il n'ait pas ete interroge avant???



ça malheureusement, ce n'est pas réservé, au Japon.
En effet pour certaines affaires similaires en France (ou en Europe plus généralement), et ce malgré les enquêtes sérieuses qui sont faites ( =mon avis), on a aussi ce problème de récidives, et même parfois de viol pendant des periodes de liberté surveillé, ou comme pour cette affaire d'anciens violeurs ne sont interrogés que des années plus tards..
Mais même là je n'irai en aucun cas accabler, les enqueteurs car je pense qu'ils se lancent corps et âmes dans la recherche des coupables, et qu'ils font tout afin de trouver la vérité et donc les "vrais coupables"(=besoin de temps et d'info sûr).
La preuve étant des coupables retrouvés des années après....alors qu'ils pensaient passer au travers des mailles du filet. Evil or Very Mad

sanji:
Citation:

Personnellement, je trouve des deux histoires assez revelatrices d'un cote plutot sombre du Japon.

oui mais plus généralement elles révellent le côté le plus obscures de l'humanité, car encore une fois ces faits ne sont pas réduits au seul Japon...
_________________
"Ni Dieu, ni maître."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Epohrolias
3eme Dan
3eme Dan


Inscrit le: 30 Sep 2003
Messages: 296
Points: 6263

MessagePosté le: 01 Oct 2004 13:42    Sujet du message:

 Note du Post : 2.5   Nombre d'avis : 2
Répondre en citant

Citation:
....Et bien sûr avec environ 1/5ème des films porno qui tournent avec pour sujet le viol, il est clair que cela tend à laisser croire qu'il s'agit ici d'un acte "banal"....


De ce côté là, je ne suis pas d'accord. Si le viol était montré comme "banal", on ne mettrait pas de peines de prison pour le viol. Il ne s'agirait pas d'un crime illégal passible de plusieurs années de prison, mais seulement de quelque chose au même niveau qu'un parole qui blesse. Le viol est puni par la justice au Japon et c'est donc loin d'être montré comme banal. Des policiers sont payés pour prendre tout le temps nécessaire pour enquêter et pour enfermer ces violeurs, des journalistes prennent le temps nécessaire pour écrire des articles à leur sujet et pour faire savoir au Japon entier que ça n'est pas toléré et que c'est puni par la loi. Je ne crois pas qu'on peut qualifier de "banal" le viol au Japon quand on voit tout le travail qui est mis en marche par divers intervenants au Japon, comme dans plusieurs autres pays dans le monde. Si c'était si "banal", vous n'auriez jamais pu lire cet article.

Ce qui est peut-être montré comme banal par contre, c'est les dessins animés et les mises en scènes fictives - dans lesquelles on illustre le viol. C'est peut-être montré comme banal parce que "ça ne se passe pas réellement". Le fait de fantasmer sur ces actes est aussi peut-être montré comme banal dans certains cas. Mais si on passe à l'acte, couic! Ce n'est pas banal et c'est grave, puis puni - et dénoncé. C'est ça un peu la nuance qu'il faudrait que les gens comprennent. Le viol n'est pas plus banal au Japon que le meurtre en série ne l'est dans les pays où ils vendent des jeux vidéos ultra-violents. Ce qui est peut-être "banalisé", ce n'est pas l'acte réel, mais plutôt sa représentation fictive. Affirmer le contraire, c'est nier le travail de milliers de personnes contre ces actes - personnes qui dénoncent, qui informent, qui enquêtent, qui traquent et qui emprisonnent les criminels.

Dites que la représentation fictive d'un acte sexuel dégoûtant est banalisé au Japon et peut-être que je serai en partie d'accord. Mais si vous dites que l'acte s'il se produit lui-même dans la réalité est banalisé, j'aurai (énormément) de difficulté à vous suivre, je vous avoue... Par contre, si vous me dites qu'en temps de guerre, dans des contexte particuliers de l'armée, le viol était banalisé, quand je pense aux chinoises violées je serait porté à dire que "oui". Et les statistiques sont très révélatrices : 0% des violeurs dans un nombre incroyable de viols pendant la guerre consommaient ce "hentai qui banalise le viol" (qui n'existait presque pas...)
_________________
Quand le nombre devient unité, que devient l`unité?


Dernière édition par Epohrolias le 01 Oct 2004 14:19; édité 4 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
fandujapon
2eme Dan
2eme Dan


Inscrit le: 22 Aoû 2004
Messages: 100
Points: 3066
Pays, Ville: FRANCE/SAVOIE, JAPON/SAWARA

MessagePosté le: 01 Oct 2004 14:13    Sujet du message:

 Ce message n'a pas encore été noté.
Répondre en citant

Epohrolias a écrit:


Disez que la représentation fictive d'un acte sexuel dégoûtant est banalisé au Japon et peut-être que je serai en partie d'accord. Mais si vous dites que l'acte s'il se produit lui-même dans la réalité est banalisé, j'aurai (énormément) de difficulté à vous suivre, je vous avoue...



oui pour ma part je parlais de banalisation à l'écran bien sûr, et qui donne l'impression, à ceux qui visionnent de tels films, sans pour autant savoir faire la part des choses entre "imaginaire" et "réalité".
Que cet acte est normal Evil or Very Mad , ( ce qui est totalement faux, je te l'accordes Epo).
_________________
"Ni Dieu, ni maître."
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ForumJapon.com Index du Forum -> Faits de Société Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB 2.0.16 © 2001, 2002 phpBB Group (Traduction par : phpBB-fr.com)